« Fichiers de la nuit sécuritaire »

Communiqué du Collectif des 39

« Fichiers de la nuit sécuritaire »

En ce début d’année 2021, et comme tous ceux qui manifestent ce jour, le Collectif des 39 se « réjouit » d’une toute nouvelle mouture, préparée par nos gouvernants, du fichier national de « personnes ayant des activités susceptibles de porter atteinte à la sécurité publique et à la sureté de l’État » en y introduisant les « données de santé révélant une dangerosité particulière ». C’est une folle avancée vers la « sécurité globale » de l’humanité !

Cependant, le Collectif des 39 est « peiné » d’apprendre que tous ceux qui pratiquent l’évasion fiscale, le conflit d’intérêts privés au sein des structures d’État sans oublier ceux dont l’action détruit la planète – les noms de ces meneurs de la « révolution » ultra-libérale devant figurer dans ce fichier – risquent d’être amalgamés avec celles et ceux, parmi nous tous, qui présentent des « troubles psychologiques ou psychiatriques ». À savoir, ceux qui mangent leurs ongles ou leurs cuticules, ceux qui boivent des verres de vin chaque jour, ceux qui fument une cigarette ou autre, entendent des voix, qui ont des apparitions ou comptent les moutons, ceux qui s’angoissent profondément pour l’avenir ou qui regardent la corde … et bien d’autres.

A ce propos, le Collectif des 39 suggère au Conseil d’État – visiblement permissif en la matière – la création d’un ultime fichier dénommé Héros de la nuit sécuritaire. Il distinguerait les personnes qui portent une atteinte particulièrement dévastatrice à la sécurité publique et à la sureté de l’État : celles dans la tête desquelles a germé l’idée de créer et de croiser de tels fichiers !

Collectif des 39

Le 16 janvier 2021 (jour du mouvement national contre la loi « sécurité globale »)

P.S. Sinon, nous formulons nos vœux pour 2021 avec le Printemps de la psychiatrie ici.

Les voeux du Printemps de la psychiatrie pour 2021

DES MOTS … Ou les mille et une manières de mettre en mots les convictions et les engagements qui animent le Printemps de la psychiatrie et qui légitiment ses appels à la mise en mouvement d’actions et d’ACTES
… en ce début de l’année 2021

Le Printemps de la psychiatrie continue à s’engager pour le renouveau des soins des personnes en souffrance psychique, poursuivant ses efforts avec détermination pour que les soignés, leurs familles, les aidants et soignants mobilisent les moyens d’agir sur les pouvoirs publics, politiques et économiques :

– afin qu’ils acceptent de donner la priorité aux intérêts communs plutôt qu’aux conflits d’intérêts particuliers des lobbys[1], qui –y compris sous prétexte de la crise COVID– accélèrent le démontage et la privatisation des systèmes publics par le biais du new public management et conduisent la psychiatrie française dans le mur.

– afin qu’ils cessent d’ignorer la nature spécifique du psychisme humain et ses souffrances derrière l’illusion les réduisant à un simple dys-fonctionnement du cerveau qu’il suffirait de stimuler, rééduquer, reconfigurer. C’est vain et dangereux, car déshumanisant et incongru : le groupe social comme l’individu sont faits de leur histoire.

– afin qu’ils soutiennent la ré-humanisation de la psychiatrie et de la pédopsychiatrie, tant sur le plan de conceptions de soins, donc de la formation, que sur le plan des effectifs soignants. C’est aussi une voie indispensable pour réduire les hospitalisations sous contrainte et l’isolement, et pour abolir la pratique injustifiée de contention. Le projet de « basculer » davantage dans la « télé-psychiatrie »[2] est contraire aux besoins du soin psychique, renforce son évitement et appauvrit les pratiques.

– pour qu’ils effectuent un réel renversement de tendance budgétaire et stoppent la prédation financière des soins psychiques via leur privatisation marchande. Cela passe par l’abandon de la « réforme » du financement de la psychiatrie en cours, qui s’inscrit dans cette logique. 

– afin qu’ils cessent d’amalgamer la maladie mentale et le danger terroriste par la voie d’inscription automatique et stigmatisante des personnes hospitalisées sous contrainte dans le fichier croisé avec celui des terroristes présumés. Qu’ils renoncent au fichier « de données de santé révélant une dangerosité particulière » visant un projet insensé de « sécurité globale ». Aussi, il est inacceptable de confier nos données de santé à une multinationale de droit privé.

– afin qu’ils entendent les authentiques représentants des soignés, et de leurs familles, libres des conflits d’intérêts avec les lobbys. Certaines associations agréées, pour le rester, finissent par tolérer ou soutenir la dérive de la psychiatrie vers les conceptions de soin de moins en moins respectueuses et de plus en plus sécuritaires.

– afin qu’ils réorientent les budgets publics vers une recherche qualitative dans tous les champs scientifiques et thérapeutiques (psychodynamique, intersubjectif, institutionnel, biologique, social…), actant que les investissements massifs dans l’approche purement neuroscientifique n’ont pas tenu leurs promesses pour la psychiatrie[3].

Autrement dit, le Printemps de la psychiatrie continue à s’engager pour que la psychiatrie redevienne une discipline abordant le soin de la personne dans tous ses aspects psychiques, somatiques et sociaux, ajustant les thérapies relationnelles, institutionnelles et neuro-biologiques, de façon respectueuse des sujets soignés et de leurs droits. Cela au sein de centres de consultations de proximité suffisamment nombreux, correctement équipés, articulés sur un territoire donné avec les dispositifs semi-ambulatoires et d’hospitalisation, et associé aux dispositifs médico-sociaux, libéraux et associatifs chaque fois que nécessaire. Autrement dit, prise dans une affection psychiatrique aiguë ou chronique, la personne bénéficie ainsi de tout un dispositif constitué par les coopérations humaines, qui intensifient chez les soignants et les soignés leurs capacités de soigner et de se soigner. Encore autrement dit : Le Secteur psychiatrique.

En conséquence, le Printemps de la psychiatrie refuse la gestion de la psychiatrie par des méthodes fondamentalement opposées, socialement toxiques, calquées sur les processus industriels, sur la captation marchande et la déshumanisation par les procédés numériques, où la personne malade, classée selon ses comportements apparents, disparait comme sujet, réduite à son seul cerveau (ou même ses parties) à stimuler, à rééduquer voire à « modeler », pour « l’adapter »[4]. Fragmentaire et déshumanisant, ce système de plateformes et de boucles de prestataires privatisés interchangeables – partout où il a été appliqué – ne fait qu’imposer des « économies » de moyens à la recherche de « rentabilité » financière, mais aboutissant inévitablement à la régression du soin psychique et psychiatrique, à la dégradation d’accessibilité des « services » pour tous et à l’abandon des « usagers » non lucratifs, non conformes aux méthodes labellisées, en un mot l’abandon des plus fragilisés sur le plan psychique et social. Autrement dit, un système contraire aux besoins humains en matière de psychiatrie et de pédopsychiatrie, aboutissant dans un futur proche à une Uber-psychiatrie.[5]

En un mot, en 2021 le Printemps de la psychiatrie continue à s’engager pour mettre en actes une psychiatrie et une pédopsychiatrie sachant accueillir et écouter le sujet en souffrance, le soigner pour lui permettre de mieux lire son monde et savoir mieux le traduire en MOTS. 

Printemps de la psychiatrie

Janvier 2021





Le Manifeste du Printemps de la psychiatrie a été signé par :

Appel des appels (ADA) – Association méditerranéenne de psychothérapie institutionnelle (AMPI) – Association des psychiatres de secteur infanto-juvénile (API) – Actualité de la psychanalyse à Troyes – Les Blouses Noires du Rouvray – CEMEA – CGT du Césame, d’Angers (49) ; du CH de Lavaur (81) ; du CHS de Sevrey (71) ; de Vinatier (69) ; du CHU de Nantes –  CIPPA – Collectif des 39  – Collectif pédopsychiatrie du 19ème en lutte – Collectif national des psychologues hospitaliers – Collectif Psy de St Jacques (Nantes) – Collectif « Sans fermer » – La Criée – Association Empreintes et Arts – Ensemble ! – Fédération Des Centres Médico-Psycho-Pédagogiques (FDCMPP) – Fédération des orthophonistes de France – La FEDEXC – La FIAC – Le Fil conducteur Psy – France Insoumise – GEFCA – GEM Passe muraille de Gap – Génération.s – Humapsy – Inter-collèges des psychologues hospitaliers – NPA – PCF – Pinel en lutte – Le Point de Capiton – Pratiques, les cahiers de la médecine utopique – Les Psy causent – La Psy Cause (collectif soignant psy de St Étienne /42) – Psychiatrie Parisienne Unifiée – Psy soins Accueil – La Rattroupe, collectif soignant – Réseau Européen des Santé Mentale Démocratique – SERPSY – Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux (SPH) – Fédération Sud Santé Sociaux – Union Syndicale de la Psychiatrie (USP)… et tous les autres !

Où l’on voit que des bureaucrates dictatoriaux peuvent être mis en difficulté

COMMUNIQUE DE L’UNION SYNDICALE DE LA PSYCHIATRE du 21/12/ 2020 : Où l’on voit que des bureaucrates dictatoriaux peuvent être mis en difficulté

Depuis plusieurs mois, les familles des enfants pris en charge en Centre médico-psycho-pédagogique et les professionnels du champ de la psychiatrie se battent pour le retrait du cahier des charges édicté par l’ARS de Nouvelle-Aquitaine, sans concertation avec les premiers concernés. Ce cahier des charges  vise à une prise en charge exclusive des patients souffrant de troubles neuro-développementaux au sein de ces structures, faute de quoi leur financements seraient supprimés.

L’ensemble des acteurs de terrain demande à ce que les CMPP puissent conserver, et soient renforcés, dans leurs missions originelles qui consistent à accueillir et soigner de façon globale non seulement les jeunes patients souffrant de pathologies autistiques et de psychoses infantiles, mais aussi des enfants souffrant de troubles psychoaffectifs.

Grâce à la pression du député Hammouche, psychiatre, qui a défendu cette cause à l’Assemblée nationale devant le ministre de la Santé, ce dernier ainsi que la secrétaire d’Etat auprès des personnes handicapées ont reconnu le défaut de concertation, ont demandé un suivi de la mise en place de ce cahier des charges, mais n’ont pas suspendu leur mise en place. Le Conseil national de l’Ordre national des médecins a été interpellé quant au Code de déontologie médicale, dans lequel le médecin, quel que soit son lieu de travail, doit garder sa liberté de pratique et sa responsabilité de prescription.

Nous apprenons avec satisfaction mi-décembre par la FDCMPP la démission de Saïd Acef, directeur de l’autonomie de l’A.R.S en Nouvelle-Aquitaine, qui fut le promoteur de ce projet visant à transformer les CMPP en des plateformes diagnostiques réservées aux enfants cliniquement « trouble-neuro-développementaux-TND », ou « trouble de spectre autistique –TSA », exerçant un tri préjudiciable des patients.

Nous nous félicitons que, par son engagement et son action, le député Hammouche a montré la possibilité de retour à un pouvoir législatif contrebalançant un hyper pouvoir exécutif, lequel s’appuie sur des technocrates méprisant la réalité du terrain.

Nous constatons que l’union des forces vives que sont les acteurs de terrain, qu’ils soient des usagers, leur famille, et des professionnels concernés, a permis de faire valoir leurs savoirs et leurs besoins et de peser dans l’orientation de la politique de santé des CMPP.

La lutte continue car le cahier des charges des CMPP n’a pas été retiré et d’autres combats s’imposent en s’intensifiant.

Pour l’USP

Pascal Boissel, vice-président

Patrick Chemla, membre

Dominique Terres, membre du CN

Delphine Glachant, présidente

Prévenir les isolements, stopper les contentions

APPEL PUBLIC AUX PARLEMENTAIRES

Pour le retrait de l’article 42 indument inscrit dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS)

Prévenir les isolements, stopper les contentions

Le 19 juin dernier, le Conseil constitutionnel a obligé le législateur à préciser le cadre des pratiques d’isolement et de contention mécanique des patients en psychiatrie en introduisant l’action du Juge des Libertés et de la Détention (JLD). Parallèlement, la Contrôleuse Générale des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL) a dénoncé les conditions scandaleuses d’utilisation de ces pratiques.

Le mouvement pour le Printemps de la psychiatrie, rassemblant les soignants, les soignés et les familles de soignés – réunis ce jour en Assemblée générale – tient d’abord à affirmer unanimement que ces deux pratiques ne sont pas de nature thérapeutique. Elles ont une finalité sécuritaire. Les rationalisations qui affirment le contraire doivent être déconstruites.

En ce qui concerne la contention mécanique du patient par des sangles sur un lit, il est établi qu’elle accentue la peur, accroît la souffrance, est vécue comme humiliante et au bout du compte constitue un traumatisme pour le patient.

Les pratiques alternatives permettent de l’éviter, comme en atteste la raréfaction de ces contentions vers la fin du siècle dernier. Les institutions psychiatriques ayant développé les dispositifs de « soins sectoriels » ont pu se doter de moyens humains, matériels et immatériels (conceptions de soin) jusqu’à faire disparaitre les sangles des services de soins. Cela parallèlement à la disparition des murs autour de ces hôpitaux. Cette évolution, améliorant la situation des soignés, suscitait la fierté chez les soignants.

En ce qui concerne l’isolement dans une chambre aménagée, cette pratique représente une des alternatives à la contention. Si elle peut constituer un recours en urgence pour contenir l’agitation destructrice ou autodestructrice provoquée par l’état psycho-pathologique de la personne soignée, avant qu’elle ne soit soulagée par des actions cette fois thérapeutiques, c’est l’abus de son usage à d’autres fins qui est inadmissible et doit cesser. 

La tendance à abuser de l’isolement et de la contention est croissante depuis deux décennies : 

– Le surcroit des isolements résulte d’abord de la raréfaction des moyens humains et matériels dans les dispositifs hospitaliers et extra-hospitaliers, conséquence d’une véritable camisole de constriction financière imposée à la psychiatrie publique. Ôter cette camisole c’est ce à quoi devrait s’atteler le législateur à travers le PLFSS en cours de rédaction.

– Le recul fondamental des conceptions du soin enseignées à l’université et dans les centres de formation, qui sont centrées sur le cerveau (approche biologique, conditionnement) au lieu de la personne (approche bio-psycho-sociale, transférentielle et sectorielle), a une incidence sur la multiplication de ces pratiques. S’y ajoute la perte de toute une culture professionnelle suite à la disparition du diplôme d’Infirmier psychiatrique. Le recul de l’analyse des pratiques et de l’approche institutionnelle des services aggrave la situation.

– Elle concorde également avec des évolutions sociétales ayant entrainé la dégradation des conditions de soin : les conditions existentielles de la population accentuant les besoins de soin psychiatrique, la gouvernance des hôpitaux contournant les médecins et infirmiers, le management déshumanisé et déconnecté de la réalité des soins, l’envahissement du soin par les tâches administratives (codage), le turnover organisé et l’interchangeabilité des soignants et des administratifs, les politiques de santé ruinant l’attractivité de l’hôpital public, etc.

Dans ces conditions dégradées de la psychiatrie française, l’apport du Juge des libertés concernant l’isolement et la contention pourrait apparaître pour certains comme la solution. En effet, l’intervention d’un tiers-protecteur du droit de la personne, est censée stopper des abus. Mais hormis d’exiger le rapport détaillé sur leur mise en œuvre, le juge peut-il condamner les raisons qui entrainent inévitablement leurs usages abusifs ? Non.

Pour le Printemps de la psychiatrie, prévenir les isolements abusifs et stopper les pratiques de contention mécanique passe par un trépied de conditions indissociables :

1/ Des conceptions de soins centrées sur la personne en souffrance psychique, ses besoins et ses droits

2/ Des moyens humains et matériels hospitaliers et extrahospitaliers permettant un accueil rapide de proximité sur l’ensemble du territoire national 

3/ L’Action de contre-pouvoir d’un tiers dans les situations litigieuses (JLD, avocat) et dans le contrôle des dérives (CGLPL, psychiatre tiers, associations de psychiatrisés, personnes de confiance, usagers et leurs familles).

Les trois socles de l’édifice de soins intensifs de qualité sont aujourd’hui ébranlés et les abus s’intensifient.

Nous alertons les parlementaires sur le fait que la seule introduction du Juge des libertés et de la détention ne suffit pas. Pour stopper les pratiques de contention et pour prévenir les dérives de l’isolement, il est indispensable de corriger les défauts de la psychiatrie française énumérés plus haut et prendre trois mesures politiques urgentes :

 1/ enlever le garrot du financement de la psychiatrie, plus puissamment serré que pour d’autres disciplines médicales, 

2/ favoriser l’enseignement des conceptions de soin adaptées et la formation à des pratiques non abusives, parallèlement à l’arrêt des formations à la « gestion de la violence » inadaptées,

3/ favoriser l’action du tiers, parmi d’autres mesures de « soin de l’institution psychiatrique » .

Le Printemps de la psychiatrie adresse aux parlementaires un appel au retrait de l’article 42 sur la contention et l’isolement, indument inscrit dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), et demande que les travaux parlementaires concernant la psychiatrie se fassent dans un cadre législatif approprié et après une vraie concertation.

le 21 novembre 2020, Printemps de la psychiatrie.

Manifestation le 15 Octobre 2020 appel unitaire

à Paris, rassemblement 12h à 13h30 boulevard des Invalides, Métro Varennes  pour départ de manifestation à 13h30  en direction de Place Fontenoy à côté du Ministère des Solidarités et de la Santé  pour  un  déploiement et rassemblement statique avec prise de parole sur une camionnette plateau. Dispersion 18h