Prévenir les isolements, stopper les contentions

APPEL PUBLIC AUX PARLEMENTAIRES

Pour le retrait de l’article 42 indument inscrit dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS)

Prévenir les isolements, stopper les contentions

Le 19 juin dernier, le Conseil constitutionnel a obligé le législateur à préciser le cadre des pratiques d’isolement et de contention mécanique des patients en psychiatrie en introduisant l’action du Juge des Libertés et de la Détention (JLD). Parallèlement, la Contrôleuse Générale des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL) a dénoncé les conditions scandaleuses d’utilisation de ces pratiques.

Le mouvement pour le Printemps de la psychiatrie, rassemblant les soignants, les soignés et les familles de soignés – réunis ce jour en Assemblée générale – tient d’abord à affirmer unanimement que ces deux pratiques ne sont pas de nature thérapeutique. Elles ont une finalité sécuritaire. Les rationalisations qui affirment le contraire doivent être déconstruites.

En ce qui concerne la contention mécanique du patient par des sangles sur un lit, il est établi qu’elle accentue la peur, accroît la souffrance, est vécue comme humiliante et au bout du compte constitue un traumatisme pour le patient.

Les pratiques alternatives permettent de l’éviter, comme en atteste la raréfaction de ces contentions vers la fin du siècle dernier. Les institutions psychiatriques ayant développé les dispositifs de « soins sectoriels » ont pu se doter de moyens humains, matériels et immatériels (conceptions de soin) jusqu’à faire disparaitre les sangles des services de soins. Cela parallèlement à la disparition des murs autour de ces hôpitaux. Cette évolution, améliorant la situation des soignés, suscitait la fierté chez les soignants.

En ce qui concerne l’isolement dans une chambre aménagée, cette pratique représente une des alternatives à la contention. Si elle peut constituer un recours en urgence pour contenir l’agitation destructrice ou autodestructrice provoquée par l’état psycho-pathologique de la personne soignée, avant qu’elle ne soit soulagée par des actions cette fois thérapeutiques, c’est l’abus de son usage à d’autres fins qui est inadmissible et doit cesser. 

La tendance à abuser de l’isolement et de la contention est croissante depuis deux décennies : 

– Le surcroit des isolements résulte d’abord de la raréfaction des moyens humains et matériels dans les dispositifs hospitaliers et extra-hospitaliers, conséquence d’une véritable camisole de constriction financière imposée à la psychiatrie publique. Ôter cette camisole c’est ce à quoi devrait s’atteler le législateur à travers le PLFSS en cours de rédaction.

– Le recul fondamental des conceptions du soin enseignées à l’université et dans les centres de formation, qui sont centrées sur le cerveau (approche biologique, conditionnement) au lieu de la personne (approche bio-psycho-sociale, transférentielle et sectorielle), a une incidence sur la multiplication de ces pratiques. S’y ajoute la perte de toute une culture professionnelle suite à la disparition du diplôme d’Infirmier psychiatrique. Le recul de l’analyse des pratiques et de l’approche institutionnelle des services aggrave la situation.

– Elle concorde également avec des évolutions sociétales ayant entrainé la dégradation des conditions de soin : les conditions existentielles de la population accentuant les besoins de soin psychiatrique, la gouvernance des hôpitaux contournant les médecins et infirmiers, le management déshumanisé et déconnecté de la réalité des soins, l’envahissement du soin par les tâches administratives (codage), le turnover organisé et l’interchangeabilité des soignants et des administratifs, les politiques de santé ruinant l’attractivité de l’hôpital public, etc.

Dans ces conditions dégradées de la psychiatrie française, l’apport du Juge des libertés concernant l’isolement et la contention pourrait apparaître pour certains comme la solution. En effet, l’intervention d’un tiers-protecteur du droit de la personne, est censée stopper des abus. Mais hormis d’exiger le rapport détaillé sur leur mise en œuvre, le juge peut-il condamner les raisons qui entrainent inévitablement leurs usages abusifs ? Non.

Pour le Printemps de la psychiatrie, prévenir les isolements abusifs et stopper les pratiques de contention mécanique passe par un trépied de conditions indissociables :

1/ Des conceptions de soins centrées sur la personne en souffrance psychique, ses besoins et ses droits

2/ Des moyens humains et matériels hospitaliers et extrahospitaliers permettant un accueil rapide de proximité sur l’ensemble du territoire national 

3/ L’Action de contre-pouvoir d’un tiers dans les situations litigieuses (JLD, avocat) et dans le contrôle des dérives (CGLPL, psychiatre tiers, associations de psychiatrisés, personnes de confiance, usagers et leurs familles).

Les trois socles de l’édifice de soins intensifs de qualité sont aujourd’hui ébranlés et les abus s’intensifient.

Nous alertons les parlementaires sur le fait que la seule introduction du Juge des libertés et de la détention ne suffit pas. Pour stopper les pratiques de contention et pour prévenir les dérives de l’isolement, il est indispensable de corriger les défauts de la psychiatrie française énumérés plus haut et prendre trois mesures politiques urgentes :

 1/ enlever le garrot du financement de la psychiatrie, plus puissamment serré que pour d’autres disciplines médicales, 

2/ favoriser l’enseignement des conceptions de soin adaptées et la formation à des pratiques non abusives, parallèlement à l’arrêt des formations à la « gestion de la violence » inadaptées,

3/ favoriser l’action du tiers, parmi d’autres mesures de « soin de l’institution psychiatrique » .

Le Printemps de la psychiatrie adresse aux parlementaires un appel au retrait de l’article 42 sur la contention et l’isolement, indument inscrit dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), et demande que les travaux parlementaires concernant la psychiatrie se fassent dans un cadre législatif approprié et après une vraie concertation.

le 21 novembre 2020, Printemps de la psychiatrie.

Manifestation le 15 Octobre 2020 appel unitaire

à Paris, rassemblement 12h à 13h30 boulevard des Invalides, Métro Varennes  pour départ de manifestation à 13h30  en direction de Place Fontenoy à côté du Ministère des Solidarités et de la Santé  pour  un  déploiement et rassemblement statique avec prise de parole sur une camionnette plateau. Dispersion 18h

Non à la dictature des directeurs!

Communiqué du 17 juin 2020

NON A LA DICTATURE DES DIRECTEURS !

Le Printemps de la Psychiatrie soutient les opprimés du Rouvray

Le Printemps de la psychiatrie dénonce la répression dont font l’objet 9 soignants de l’hôpital du Rouvray, à Rouen, ceux-là même qui s’étaient mis en grève de la faim en juin 2018. Pour avoir diffuser sur les réseaux sociaux une note aberrante de leur direction durant la crise covid, note qui demandait au personnel de laver et réutiliser des masques chirurgicaux de protection et de ne pas en donner aux patients suspects de la covid, ces soignants sont aujourd’hui soumis à des sanctions et 2 d’entre eux vont passer en conseil de discipline. Par cette offensive absurde la direction de l’hôpital du Rouvray tente de détourner l’attention de sa mise en danger de la santé des patients et de ses agents et de discrimination envers les patients. Cela aggrave son cas.

En 2018 le collectif du Printemps de la Psychiatrie est né en réaction aux différents mouvements de grève qui s’organisaient dans les hôpitaux psychiatriques, notamment la grève de la faim de 18 professionnels de l’hôpital du Rouvray, mais aussi les grèves des Perchés du Havre, du collectif Pinel en lutte à Amiens, de la Psychiatrie Parisienne Unifiée du GHU parisien, du collectif La mili’tente à Toulouse et bien d’autres.

Ces grèves avaient toutes pour objet de dénoncer les conditions indignes d’hospitalisations des patients, l’état catastrophique de leur prise en charge, la perte totale de sens de leur métier pour les professionnels, leurs conditions de travail inacceptables et les fermetures de structures d’accueil.

Ces professionnels en grève réclamaient des moyens humains pour pouvoir exercer correctement leur métier, c’est-à-dire prodiguer un soin relationnel auprès d’un public vulnérable et pour en finir avec des mesures d’isolement, de contention, de camisole chimique.

En 2019 la contrôleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, a clairement pointé l’état catastrophique des conditions d’hospitalisation et de soins des patients hospitalisés au Rouvray, donnant ainsi raison à ce qui avait été dénoncé par les grévistes de la faim.

Depuis ces grèves, la répression envers les personnels impliqués n’a jamais cessé. Des poursuites judiciaires, toujours en cours, aux changements d’affectation ou de planning, toutes les pressions possibles ont été exercées, que ce soit sur les Perchés ou sur les Pinel et sur d’autres.

Actuellement, c’est aussi à l’hôpital Avicenne à Bobigny que la direction appelle des huissiers pour notifier les soignants qui manifestent chaque semaine leur mécontentement face à leurs conditions de travail et leur inquiétude sur l’hôpital public.

Aujourd’hui plus que jamais, après ce que nous avons vécu pendant cette crise sanitaire et au décours de celle-ci, voyant les répercussions psychiques de cette crise sur les plus vulnérables et l’augmentation des demandes de soins, nous ne laisserons pas des directions empêcher des professionnels de la santé de s’exprimer sur ce qui leur est devenu intolérable : l’incurie des directions et la casse organisée de la psychiatrie publique par les pouvoirs publics.

Nous voulons une gouvernance hospitalière partagée, dans laquelle usagers, familles, personnels médicaux et non médicaux, ont leurs mots à dire et ne laissent plus des manageurs technocrates décider de tout et punir en toute impunité.

printempsdelapsychiatrie@gmail.com

Appels pour le 16 juin 2020, USP, Sud, CGT…

L’Union syndicale de la psychiatrie (USP) a déposé un préavis de grève national pour la journée du 16 juin 2020.

L’USP appelle à manifester et à se joindre à la population et aux organisations et collectifs parties prenantes du communiqué unitaire « mobilisé-e-s pour obtenir satisfaction ». L’USP est membre d’APH et est un des membres fondateurs du mouvement Printemps de la psychiatrie pour un renouveau des soins psychiques et contre les violences institutionnelles.

L’USP porte les mêmes revendications concernant les augmentations de salaire d’au moins 300 euros pour tous, un recrutement massif, rattrapage de la mise en place des 35 heures (11 %) , un financement net, sans contrepartie contractuelle d’intéressement, de fragilisation statutaire, visant à imposer restructuration, privatisation ou revente aux usuriers des pseudo partenariats public-privé. POUR LIRE LA SUITE