Naissance du « CPRL »: texte fondateur

Le « CPRL » lance une pétition/lettre ouverte au Président et ministres concernés… à signer

Pour en savoir plus sur le Comité Permanent de Résistance et de Liaison pour la défense du soin psychique, de l’enseignement et du médico-social :

Le Comité s’est créé le 28 avril 2022, dans la logique des rencontres en visio, organisées par le Collectif Grand Est depuis un an.

La nécessité de rassembler tous ceux qui y ont pris part, et bien sûr d’autres également, s’est imposée afin d’organiser un lieu à la fois de résistance, de débats (faire circuler la parole), d’échanges d’informations et d’expériences de lutte, de solidarité (cela de façon pragmatique, ex : caisse de grève pour un soutien financier), entre les nombreux collectifs de défense qui se créent chaque jour sur tout le territoire français face à la destruction de nos lieux de soins et d’enseignement.

C’est aussi un outil pour nous permettre de défendre tous ceux qui sont concernés (enjeux à la fois sanitaires, politiques, démocratiques, anthropologiques). Ce maillage entre nous, est une force en soi afin de contrer les coups de nos gouvernements successifs. Il peut aussi constituer une veille mais pas seulement, compte tenu de l’urgence de la situation de destruction qui touche nos secteurs.

Ce Comité est à la fois trans-sectoriel (Hôpital public, médico-social, libéral, enseignement) et pluri-disciplinaire. Actuellement, le Comité est un espace unique de paroles, de rencontres et de luttes, qui rassemble plusieurs champs et métiers. En ce sens, il est absolument nécessaire

Organisation du Comité : refus d’une organisation hiérarchisée avec un leadership.

Proposition de constituer une équipe de « délégués » pour organiser et gérer le mouvement. Ceux-ci pourraient tourner. Il s’agit de travailler sur des textes, des communiqués, des actions, des soutiens.

Chaque personne intéressée pourra se proposer comme déléguée en fonction de ses disponibilités.

La lettre/pétition est le socle sur lequel on se rassemble :

Le collectif Grand Est pour la défense du secteur médico-social

Le Collectif Grand Est a organisé le Samedi 25 septembre 2021 la Convention Nationale « pour la Défense du secteur médico-social, de la psychiatrie et de l’accès aux soins pour tous », dont voici le dossier de presse :

L’impossible au coeur du vivant

SOYONS REALISTES, DEMANDONS l’IMPOSSIBLE !

Un texte de Martine Charlotte Vial pour le Collectif National des Intercollèges des Psychologues FPH et l’intercollège IDF.

Roger Gentis, décédé en 2019, est une figure majeure du mouvement de psychothérapie institutionnelle avec François Tosquelles, Jean Oury et bien d’autres. Il se fait connaître du grand public en publiant en 1969, ce pamphlet, Les murs de l’asile. « Il y dénonçait avec colère et avec style, les représentations sociales, idéologiques qui enferment la maladie mentale dans un hôpital devenu asile. En précisant, toutefois, que le véritable asile ce ne sont pas les murs qui le définissent mais ce que nous portons dans nos têtes. Il est troublant, à le relire cinquante ans après, de le trouver d’une actualité brûlante. » ( Magazine Santé Mentale du 28 août 2019)

Manifeste du Collectif de résistance éthique de Villemomble (93)

Suite à l’appel du Printemps de la Psychiatrie  Opération « Déconnexion » Halte au codage du soin ! un collectif de soignantes d’un intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile de Seine-Saint-Denis s’est constitué, le Collectif de Résistance Ethique de Villemomble, pour développer la lutte localement au CMP de Villemomble. Voici son Manifeste qui explique leurs premières actions, dont la mise en place de la grève des codages.

 

 

Nous sommes en grève des données informatiques

Communiqué du Collectif de la Pédopsychiatrie du 19ème en Lutte du 13 mai 2020

Communiqué du Collectif de la pédopsychiatrie du 19ème en lutte du 13 mai 2020

NOUS SOMMES EN GRÈVE DES DONNÉES INFORMATIQUES

Nous, soignantes et soignants du collectif de la pédopsychiatrie publique du 19éme arrondissement de Paris intégrée au Groupement Hospitalier Universitaire – Paris, Psychiatrie & Neurosciences (GHU), avons décidé, à compter de ce jour et pour une durée illimité, d’une grève des actes et des données. Cette décision nous la prenons alors que l’épidémie de COVID-19 bat son plein et que la direction nous impose de remplir des grilles d’actes pour coder le télétravail. Nous refusons de participer à la normalisation de ce recours au télétravail. Et plus généralement, nous refusons de continuer à participer au Recueil d’Informations Médicales en Psychiatrie (RIM-P) via le logiciel Cortexte qui est le bras armé des mesures d’austérité, du Lean Management et du contrôle gestionnaire de nos services qui pèsent depuis de nombreuses années sur la psychiatrie publique. Ce recueil de données prépare la réforme du financement de la psychiatrie qui se verra imposée un système de tarification standardisée pour janvier 2021 très proche du système de Tarification à l’acte à l’hôpital général (Médecine, Chirurgie et Obstétrique). Nous voyons bien, à l’heure qu’il est, le péril que représente ces politiques gestionnaires.

Nous sommes effectivement contraint d’utiliser le téléphone et certains outils numériques pour maintenir un lien avec les familles et les enfant que nous accueillons en temps normal. Nous inventons chaque jour et au cas par cas des pratiques pour répondre à certaines situations préoccupantes. Nous rendons visite à certains enfants et parents aux pieds des immeubles quand cela nous semble nécessaire. Nous essayons de maintenir des espaces d’élaboration collective via des applications mais nous sommes très loin de nous en satisfaire.

Tout le monde peux aisément comprendre que nous avons bien autre chose à faire et à penser en cette période inédite que de perdre du temps à remplir des actes.

Il y a un an, le 17 avril 2019, la pédopsychiatrie publique du 19éme arrondissement de Paris se mettait en grève pour dénoncer et faire connaître les graves attaques idéologiques et financières qu’elle subit. Par cette grève, nous avions aussi souhaité nous faire l’écho de l’immense majorité des secteurs de pédopsychiatrie qui ne peuvent plus effectuer leur mission de service public pour accueillir et soigner de façon inconditionnelle les enfants et familles de nos quartiers.  

Il aura fallut une crise sanitaire pour qu’une fois de plus la population découvre ce que bons nombres de soignants dénoncent depuis des années, un hôpital à bout de souffle, détruit par les régimes d’austérité et les reformes successives, élaborées méthodiquement depuis plus de 20 ans, par les politiques néolibérales de gauche comme de droite. Que l’on soit un agent dans les services de soins généraux ou en psychiatrie, les constats et les logiques de destruction sont les mêmes. Cette tendance touche les secteurs du social et du médico-social via ces même logiciels. Et ce sont les m^mes injonctions des directions à les remplir, même dans cette période de pandémie, qui font réagir de plus en plus de travailleurs sociaux en grande difficulté.

Pour gérer la pénurie, le GHU Paris Psychiatrie et Neuroscience a fait appel aux mécénats des grandes entreprises et groupes financiers et a ainsi lever des fonds pour le matériel de protection des soignants. Nous voyons ainsi la logique des partenariats public/privé se renforcer comme l’annonce une enquête récente sur la Caisse de Dépôts sur Médiapart. Les données que les soignants renseignent sur les logiciels que nous dénonçons servent déjà à affiner et valoriser les produits de start-up en e-santé mentale. L’enquête militante sur les logiciels de recueil de données en psychiatrie produite par la Commission contre les Outils gestionnaires du Printemps de la Psychiatrie montre que le GHU a inauguré une pépinière d’entreprise sur le site de Sainte-Anne. Cette pépinière pilotée par l’entreprise Paris BioTech Santé travaille main dans la main avec le laboratoire de recherche du GHU qui s’est doté d’un hangar de données pour traiter celles-ci par algorithmes. Et ce serait à nous de continuer à leur fournir ces données ? Ce serait aux patients d’accepter que les informations relatives à leur santé transitent vers des start-up ?

 Maintenant, nous disons STOP ! Nous ne recommencerons pas demain comme avant ! Nous savons que cette crise va servir, une fois de plus, d’alibi à nos gouvernements pour accélérer les réformes vers un système de santé privatisé.

Il est urgent de préparer l’après confinement dès aujourd’hui en sortant de l’emprise de ces outils et procédures imposés par la machine gestionnaire et technocratique en arrêtant de les alimenter.

Il est urgent de refonder un financement aligné aux besoins que les acteurs de terrains font remonter à l’État et aux tutelles.

Nous appelons dès à présent, avec le Printemps de la Psychiatrie à une grève des actes et des données informatiques en psychiatrie et dans les secteurs sociaux et médico-sociaux comme cela est le cas à l’hôpital général.

Nous opposons au recueil de données informatiques le recueil de témoignages, de récits de vie en période de confinement, de déclaration d’actions ou toute autre forme qui permette de nous rendre visibles !

Le Collectif de la Pédopsy du 19ème en Lutte

Pour nous écrire, nous soutenir, nous rejoindre dans l’action : collectifpedopsy19@gmail.com

Soutien à « Comme un bruit qui court »

Communiqué du Collectif de la pédopsy

du 19ème arrondissement de Paris

Nous apprenons que l’émission « Comme un bruit qui court » ne sera pas reconduite à la rentrée prochaine.

Au nom du Collectif de la pédopsy du 19ème en lutte, nous demandons à ce que l’émission soit reconduite à la rentrée.

Nous soignants du collectif de la pédopsychiatrie publique du 19ème arrondissement de Paris, dont la journée de grève du 17 avril ainsi que nos revendications et nos pratiques ont été relayées dans cette émission, vous interpellons, pour vous signifier notre consternation.
Lors de la venue de Mme Perry dans notre service pour réaliser cette émission sur les difficultés du service publique de la pédopsychiatrie, nous avons pu constater à quel point elle était impliquée avec un grand professionnalisme dans son travail de reporter de terrain. La diffusion de l’émission nous a conforté dans le fait d’avoir eu confiance en cette équipe de reporters/producteurs, Mme Perry, Mr Anquetil, Mr Chao, pour rendre visible notre engagement pour un service public de qualité.

Si une radio publique comme France Inter ne diffuse pas ce type de programme relatant des expériences, des luttes et du vécu de collectifs de citoyens, d’associations, «d’invisibles », « de sans voix »… qui le fera ?

Nous pensons que la radio publique ne doit pas se priver de ce journalisme d’investigation pointu. Mais Radio France va devoir supporter une coupe budgétaire de 60 millions d’euros en 3 ans, rien que ça ! Nous savons que Mme Sybil Veil, directrice de Radio France a une certaine expérience des plans d’austérité et de casse méthodique du service public puisque naguère elle était à la direction du pilotage de la transformation de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris.

A un moment où de nombreuses personnes ont si peu confiance dans la presse et les journalistes en général, où l’heure est à la défiance envers les médias, cette émission est précisément un format qui permet au public de (re)nouer cette confiance.

Faire le choix d’évincer une telle émission du service public audiovisuel risque de desservir fortement l’image du journalisme et de votre radio.

Ainsi, il y a sur France Inter de plus en plus d’émissions consensuelles, avec des contenus faits de politiquement correct, de langue de bois et de magazines qui frôlent plus avec l’«Entertainment» qu’avec la volonté d’informer sur le réel, signe manifeste d’un appauvrissement du service public et de son alignement avec les politiques gestionnaires des radios privées. La conséquence de cette démission c’est que le public exigeant, se détourne de plus en plus des ondes de France Inter…

Tous ces témoignages véhiculés grâce à cette émission sont autant d’hommages aux vrais « gens », au public ou plutôt, comme on dit dans la fonction publique, aux « usagers ». Usagers de ce qui n’est pas votre radio, puisque, faut-il le rappeler, elle fonctionne avec de l’argent public. Continuer à parler d’eux et les informer sur des sujets pas toujours audibles ailleurs, avec sérieux, en toute liberté, hors de la pensée unique, est le moins que vous devez à tous !