Collectif des 39 et le Fil conducteur, texte lu le 22 janvier

Félicitations à tous pour cette formidable mobilisation !

Le collectif des 39 et le Fil conducteur s’associent à tous ces mouvements soutenant un désir puissant de transformation des conditions d’accueil et de soins des patients pour une psychiatrie respectueuse de la restauration du sujet.

Selon la fondation Fondamental, et les ministères de la Santé successifs, la folie, ainsi que toutes les difficultés d’accès aux soins seront résolues par le retour de la psychiatrie dans le giron de la médecine dite scientifique.

Ils reprochent à la psychiatrie de s’être éloignée de la science, alors que c’est précisément parce qu’elle s’est ouverte aux sciences sociales et à la psychanalyse, que la psychiatrie s’est humanisée et distinguée de la neurologie.

La régression de la psychiatrie est voulue et soutenue de longue date par une lignée de psychiatres qui s’appuient sur une vision mécaniste de l’homme et de la folie, réduisant ces pathologies à des maladies du cerveau. 

Cela fait plus de trente ans que ce courant de pensée, soutenu par nos politiques gouvernementales et les lobbys pharmaceutiques, participe d’un écrasement du sujet au profit d’une logique de tri des malades afin d’écarter du soin les plus difficiles à soigner.

Dans les années 80-90, la moitié des lits sont supprimés. Une partie des malades les plus touchés sont orientés vers des établissements médico-sociaux, mais bon nombre, sans place se retrouvent dans leur famille et beaucoup glissent dans la rue ou en prison.

Dans les années 2000, la poursuite de la diminution des moyens humains et des capacités d’hospitalisation, associée à  cette même rationalité scientifique, attaque fortement la disponibilité, les initiatives et la créativité dans les relations avec les patients et les familles.

Dans ce contexte de contraintes, les professionnels sont de plus en plus démunis face à la souffrance psychique, ce qui entraîne alors les pratiques d’isolement et de contention généralisée pour faire taire les symptômes.

Cette violence exclue la parole en tant que lieu possible d’une restauration du lien.

« Psychiatrie, l’état d’urgence » le livre propagande de Fondamental, hyper médiatisé, est une imposture : les auteurs ignorent totalement la possibilité d’un soin psychique. Et les professionnels formés à cette conception des maladies mentales considérées comme « des maladies comme les autres », sont pris dans une logique qui détruit le lien thérapeutique.

Les « centres experts », ne sont pas là pour soigner, mais pour conférer aux  «diagnostics DSM» une irréfutabilité scientifique, puis trier, et orienter. Le patient n’a qu’à obéir à l’autorité des experts, car comme le déclarait le Dr Marion Leboyer sur France culture « ce n’est pas son métier de savoir comment se soigner ! »

Au prétendu bénéfice d’une « meilleure inclusion du patient dans la cité », les soins au domicile deviendront la norme, et accentueront l’abandon des soins relationnels.

Réduire encore et toujours plus les lieux d’accueil, et les structures de suivi, est encore possible…

Les patients les plus touchés seront, encore plus tôt, laissés au bord de la route.

On continue à déplacer la prise en charge au long cours vers des familles, livrées à elles-mêmes, de plus en plus démunies, mais considérées comme des « aidants ».

Patients, soignants, parents, et tout citoyen concerné par la psychiatrie et la pédopsychiatrie, débattons et soutenons collectivement des soins psychiques émancipateur du sujet.

En s’appuyant sur les expériences de chacun, et pas sur des experts assujettis aux labos, réinventons une hospitalité pour la folie.

Debout, pour le Printemps de la psychiatrie !