Mobilisation le 3 juillet 2021

voici le Flyer et l’appel à témoignages d’une grande journée de mobilisation qui se tiendra le samedi 3 Juillet 2021 à partir de 14h

à l’hôpital de jour Gombault Darnaud, au 24 rue Bayen 75017 Paris.

Cette journée est organisée par les associations Autis’Mob, Ecole de Bayen et CLE-Autistes, avec la Radio Colifata, et s’inscrit dans la mobilisation contre les politiques publiques actuelles de la pédopsychiatrie. 

N’hésitez pas à diffuser, à témoigner et à venir nombreux!

A.G. du Printemps le 29 mai

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU PRINTEMPS DE LA PSYCHIATRIE

Samedi 29 MAI 2021 de 10 h à 12 h 30

Espace AERI, 57, rue Etienne Marcel, 93100 Montreuil

M° Croix de Chavaux – ligne 9

Et en visioconférence :
https://us02web.zoom.us/j/82298507231?pwd=dnFsWFd2WFFSMjMyanhWWmkxV25VUT09

ID de réunion : 822 9850 7231
Code secret : 814824

Dans les suites du rassemblement organisé par L’Appel des Appels, le Collectif les 39 et le Printemps de la psychiatrie le 2 mai 2021,

Dans les suites des débats que nous menons tout au long de l’année au sein du Printemps de la psychiatrie, dans le sens d’une pratique humaniste de la psychiatrie, pluridimensionnelle, dans une complémentarité d’approches, loin des orientations purement scientistes, loin du déni imposé de la vie psychique, loin des plateformes au détriment du soin des patients, loin des pratiques d’isolement et de contention…

L’AG lancera la préparation des « Contre-assises » ou « Assises debout ! » décidées le 2 mai dernier pour nous faire entendre alors qu’auront lieu fin juin-début juillet 2021 les « Assises nationales de la psychiatrie et de la santé mentale » voulues par le Président de la République et dont ni le lieu ni la date ne sont précisément connus pour l’instant.

Pierre DELION, Roland GORI et Laurence COHEN participeront à ces échanges.

L’AG initialement prévue toute la journée sera écourtée pour nous permettre de rejoindre à 13h la manifestation européenne pour la santé devant le Centre hospitalier Pitié-Salpêtrière. Les représentants des organisations syndicales, des collectifs de soignants et d’usagers prendront la parole jusqu’au départ de la manifestation à 14 heures à destination de la place de la République via la place de la Bastille.

Le temps pour préparer ces contre-assises est court et jalonné d’autres mobilisations : congrès de l’USP les 4 et 5 juin à Rouen, grève et rassemblements à l’initiative des psychologues le 10 juin devant le ministère de la santé et des solidarités à Paris et devant les ARS en régions, mobilisation de la fonction publique et pour la défense du système de santé le 15 juin, assises de la protection de l’enfance à Nantes les 24 et 25 juin.

Le Printemps de la psychiatrie, avec toutes ses composantes, poursuit son travail de recueil de l’état des lieux, de construction de liens, d’élaboration et il pose des actes, propose des actions. Les contre-assises de la psychiatrie telles que nous commençons à les penser en seront un temps fort, a contrario des discours normatifs et textes de lois ineptes.

Nous vous espérons nombreux samedi pour avancer dans la mise en œuvre de cette indispensable contre-offensive.

AGENDA MAI-JUIN 2021

MAI

Samedi 29 mai, 10 h : Assemblée générale du Printemps de la psychiatrie à l’A.E.R.I, 57, rue Etienne Marcel, 93100 Montreuil, M°9 – Croix de Chavaux

Départ en manifestation vers 12 h 30 : APPEL A LA MOBILISATION INTERNATIONALE DE LA SANTE (RDV devant la Pitié Salpêtrière pour les prises de parole).

JUIN

Vendredi 4 au dimanche 6 : 36ème Congrès annuel de l’USP à Rouen sur le thème des libertés.

Jeudi 10 juin à 13 H 30 : Manifestation des psychologues, à Paris devant le Ministère de la Santé (en province devant les ARS ou la Préfecture selon l’organisation locale proposée)

Congrès de l’USP : Les libertés

36ème congrès annuel de l’Union Syndicale de la Psychiatrie à Rouen, du 4 au 6 Juin

À l’heure de la pandémie de Covid-19 qui n’en finit pas, nous sommes toujours et sans cesse entravés dans nos vies : confinés, déconfinés, reconfinés, masqués, sous couvre-feu, privés de relations sociales, privés de convivialité, de toucher, de rencontres familiales, amicales, amoureuses.
Certains en paient le prix fort : les étudiants, les jeunes, les personnes âgées, les plus démunis. Ces derniers sont en plus privés d’accès aux soins, ont été touchés par une mortalité plus élevée que les autres et ont subi des conséquences socioéconomiques plus marquées.
Pendant ce temps-là, alors que le Ségur de la santé a été une farce, la destruction des hôpitaux se poursuit, les lits continuent de fermer et en psychiatrie, les rapports tombent les uns après les autres, préconisant d’aller toujours plus loin dans l’annihilation de la psychiatrie de secteur, épousant les propositions contenues dans la réforme du financement qui s’appliquera dès 2022.
L’introduction d’une dotation à l’activité va bouleverser les manières de travailler et laissera sur le côté les patients nécessitant des soins dans la durée. C’est la dictature de l’économie sur le soin qui est en marche.
À cette heure, les pratiques d’isolement et de contention, en augmentation croissante dans les unités d’hospitalisation, sont légitimement interrogées mais de façon bien cavalière par l’article 84 de la Loi de financement de la Sécurité sociale. Nous débattrons dans ce congrès de ces situations de privation de liberté et leurs conséquences sur les patients et les professionnels.
Nous analyserons cet article 84 sur la contention, qui a le mérite d’introduire l’autorisation du juge des Libertés et de la Détention sur cette pratique, mais de façon facultative et ne résout en rien sa persistance.
Enfin nous débattrons de la pente autoritaire sur laquelle s’est engagée le gouvernement par ses pratiques répressives et les lois liberticides qui s’accumulent sous couvert d’état d’urgence.

Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché.
Emmanuel Macron, 12 mars 2020

PROGRAMME

Vendredi 4 juin 
- 9 heures : accueil

- 9 heures à 12 heures
Après une introduction par Delphine Glachant, discussion sur l’état des lieux des piquets de grève trois ans après les actions de 2018.
Présidée par Fethi Bretel
Invités : Les grévistes du Rouvray, du Havre, de la Psychiatrie Parisienne Unifiée, d’Amiens. 
En présence des syndicats SUD et CGT

- 14 heures – 16 heures 
Contention et isolement : quel vécu ? Professionnels de la psychiatrie et usagers s’expriment.
Présidé par Pierre Paresys
Invités : Humapsy, Advocacy, le Fil Conducteur Psy ; Philippe Laville (LDH) et les grévistes de 2018.

- 20 heures – 22 h 30
« Et si on inventait une vraie démocratie sanitaire ? » Réunion ouverte en présence de Sandrine Deloche, pédopsychiatre et Evelyne Sire-Marin, magistrate.
Présidée par Pascal Boissel

Samedi 5 juin 
- 10 heures – 12 h 30
Article 84 de la LFSS
Présidé par Claire Gekiere.
Invités : Jean Vignes (NSED), Le Fil conducteur Psy

- 14 h 00– 17 heures 
L’irresponsabilité pénale
Invitée : Sarah Massoud, secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature
Présidé par Jean-Pierre Martin

17 heures 
Hommage à Alain Chabert

Dimanche 6 juin
10 heures à 13 heures
Vote des motions

Lieu du congrès :
Espace du Moineau-Centre Diocésain
41 route de Neufchâtel -76044 ROUEN

Pour s’inscrire :

Appel au rassemblement le 2 mai 2021 à Montreuil

APPEL A UNE MOBILISATION DES PRATICIENS DU SOIN PSYCHIQUE

La pandémie vient de nous rappeler ce que constatent tous les jours dans la prise en charge des souffrances psychiques et sociales les professionnels du soin. L’équilibre et le développement du sujet humain dépendent étroitement de son environnement social et culturel. Les relations humaines exigent un soin, un souci, une sollicitude qui mobilisent tact, délicatesse et parole pour accueillir et traiter la vulnérabilité spécifique de notre humanité. Et ce d’autant plus lorsque le sujet humain, conjecturalement ou structuralement, est en proie à l’angoisse et à la détresse. Les professionnels du soin doivent connaitre les techniques de santé sans pour autant se réduire à des techniciens taylorisés d’une chaine de production sanitaire sans âme et sans conscience. Plus encore que dans d’autres métiers soumis aujourd’hui à cette violence technocratique, les professionnels du soin psychique doivent pouvoir exercer leurs métiers en connaissance de cause.

Pourtant, là comme dans les secteurs de la recherche, de l’éducation, de la justice et du travail social, une politique de « casse des métiers » se met en place par le jeu de prescriptions normatives, d’arrêtés et de projets de lois purement sécuritaires augmentant les dispositifs de contrôle aux dépens de la qualité des soins (pour les plus récents : Plateformes diagnostiques, Arrêté du 10/03/2021, Proposition de création d’un Ordre des psychologues, …). La poursuite, voire l’accélération de cette politique, imposée de façon anti-démocratique, dans le mépris absolu des associations et organes de représentation des professionnels, se prévaut d’une vision réductrice, neuro-cognitive et sécuritaire du sujet humain et a pour conséquence la destruction des pratiques, des dispositifs de soins et des statuts professionnels. Plusieurs de ces « coups d’Etat bureaucratiques » ont été réalisés avec la complicité de responsables partisans d’une éradication des théories et des pratiques psychodynamiques, peu soucieux de masquer leurs conflits d’intérêts épistémologiques et marchands. Un sujet humain sans environnement, sans histoire, sans culture, sans responsabilité, piloté par ses neurones, ne correspond pas à notre expérience du soin, et pas davantage à notre désir de progrès et de justice sociale.

Face à ces attaques contre le soin tout autant que contre la démocratie, et dans la perspective des « Assises de la psychiatrie et de la santé mentale » montées dans la précipitation, il faut plus que jamais nous réunir pour envisager une réponse concertée. Cette réponse ne saurait être cantonnée à la psychiatrie ou à la psychologie, elle concerne tous les métiers aujourd’hui impactés par une logique purement comptable et instrumentale qui compromet les services que nous devons aux citoyens.

Nos trois collectifs appellent l’ensemble des associations, collectifs et collèges professionnels, organisations syndicales, associations de patients, organismes représentatifs de parents, et les citoyens à une réunion :

Dimanche 2 mai 2021 à 14h à Montreuil

Espace AERI, 57, rue Etienne Marcel, 93100 Montreuil, M°9 – Croix de Chavaux

ET en VISIO-RASSEMBLEMENT :

https://us02web.zoom.us/j/88228772901?pwd=SU0xK3FaUWgvWFVRbWw5am52T1h2dz09

ID de réunion : 882 2877 2901 ; Code secret : 343200

Paris, Marseille, Montreuil, le 16 avril 2021

Appel des Appels

Collectif des 39

Printemps de la psychiatrie

AGENDA janvier 2021

JANVIER

SAMEDI 16 : mouvement national contre la loi « sécurité globale »

JEUDI 21 : Journée nationale de grèves et de manifestations

A Paris, les personnels du sanitaire, du médico-social et social sont appelé-es à se rassembler devant le Ministère des Solidarités et de la Santé, avenue de Ségur, à partir de 10 h (jusqu’à 15 h). Préavis de grève, et appel à manifester de la commission travail social en lutte, de l’U.S.P. etc..

SAMEDI 23 – DIMANCHE 24 à MARSEILLE : L’atelier pour refonder le service public hospitalier est annulé (lire le programme prévu). Il s’agissait de la deuxième édition, après les rencontres de Montreuil en octobre 2020.

SAMEDI 23 de 15 h 30 à 18 h : Réunion-débat de l’Appel des appels en zoom, cycle « De la société de l’imposture au courage de la vérité au temps du Covid 19 »

SAMEDI 30, de 14 h à 18 h : La Coordination Nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité organise un atelier sur la psychiatrie en visioconférence.

SAMEDI 30, de 15 h à 17 h 30 : Conférence-débat de la Criée sur Zoom, autour du livre dirigé par Jean-Michel Carbunar, Le quotidien d’un hôpital de jour pour enfants. Avec l’auteur et des membres de l’équipe du Centre Artaud. Discutants : Pierre Delion, Marie Bakchine, Aurore Lenail

DIMANCHE 31, 17 h : réunion zoom du Printemps