à la Une

Manifeste

Ce Manifeste a été été diffusé à la veille de la Manifestation du 22 janvier « Journée nationale de la psychiatrie ». Il est proposé à la signature de chacune et chacun. Il est un appel à réinventer une psychiatrie émancipatrice du sujet.

Pour un renouveau des soins psychiques

La psychiatrie et la pédopsychiatrie n’en peuvent plus. Depuis déjà plusieurs décennies, ceux qui les font vivre ne cessent de dénoncer leur désagrégation et de lutter contre le déclin dramatique des façons d’accueillir et de soigner les personnes qui vivent au cours de leur existence une précarité psychique douloureuse. En vain le plus souvent. Ce qui est en crise, c’est notre hospitalité, l’attention primordiale accordée à chacun et à un soin psychique cousu-main, à rebours du traitement prêt-à-porter standardisé qui se veut toujours plus actuel. Les mouvements des hôpitaux du Rouvray, Le Havre, Amiens, Niort, Moisselles, Paris… ont su bousculer l’indifférence médiatique et rendre visible au plus grand nombre le chaos qui guette la psychiatrie. Pour percer le mur du silence, il n’aura fallu rien de moins qu’une grève de la faim …
Devant cette régression organisée, nous nous engageons tous ensemble à soigner les institutions psychiatriques et à lutter contre ce qui perturbe leur fonctionnement. Patients, soignants, parents, personnes concernées de près ou de loin par la psychiatrie et la pédopsychiatrie, tous citoyens, nous sommes révoltés par cette régression de la psychiatrie qui doit cesser. Il s’agit pour nous de refonder et construire une discipline qui associe soin et respect des libertés individuelles et collectives.
Contrairement à la tendance actuelle qui voudrait que la maladie mentale soit une maladie comme les autres, nous affirmons que la psychiatrie est une discipline qui n’est médicale qu’en partie. Elle peut et doit utiliser les ressources non seulement des sciences cognitives, mais également des sciences humaines, de la philosophie et de la psychanalyse, pour contribuer à un renouveau des soins axés sur la reconnaissance de la primauté du soin relationnel. Notre critique de ce qu’est devenue la psychiatrie ne peut faire l’impasse sur la responsabilité de ses gestionnaires.
Les avancées de la recherche scientifique ne peuvent durablement être confisquées par des experts auto-proclamés dont les liens avec l’industrie pharmaceutique sont parfois suspects. Les savoirs scientifiques ne doivent pas servir d’alibi à des choix politiques qui réduisent les sujets à un flux à réguler pour une meilleure rentabilité économique. Nous sommes face à une véritable négation du sujet et de sa singularité, au profit de méthodes éducatives, sécuritaires ou exclusivement symptomatiques. Les interdits de pensée sont devenus la règle d’une discipline où l’on débat de moins en moins. La psyché humaine est tellement complexe qu’elle n’obéit à aucune causalité, simple et univoque, et se moque des réductions idéologiques. Toute approche privilégiant une réponse unidimensionnelle est nécessairement à côté. Nous récusons, dès lors, toute politique d’homogénéisation des pratiques. Une politique qui détruit la cohérence des équipes et instrumentalise la parole des patients fige la capacité d’inventer à force d’injonctions paradoxales, dans la nasse de discours sans épaisseur et mortifères.
Aussi, si les budgets de la psychiatrie et de la pédopsychiatrie, sans cesse rognés depuis des années, doivent être largement revalorisés, comme l’exigent toutes les mobilisations actuelles, c’est l’appauvrissement des relations au sein des lieux de soins qui est notre souci premier. La standardisation des pratiques protocolisées déshumanise les sujets, patients et soignants. Le recours massif aux CDD courts, le tarissement organisé de la formation continue, l’inadéquation des formations initiales qui privilégient cours magistraux et visionnages de DVD sans interactions entre les étudiants et leur formateur, contribuent à la désagrégation des équipes au sein desquelles le turn-over est de plus en plus important. La continuité des soins et la cohésion des équipes en sont durablement compromises. Nous devons opposer à cet état de fait la spécificité de la maladie psychique, qui sous-tend la nécessité d’une approche singulière et d’un travail spécifique d’équipes pluridisciplinaires en institution psychiatrique ainsi que dans le médico-social, et la co-construction d’alliances thérapeutiques fécondes avec les personnes accueillies. C’est tout le monde de la psy et des psys, en institution ou pas, qui est concerné.
Nous voulons en finir avec l’augmentation continuelle du recours à l’isolement et à la contention, la contrainte doit cesser d’être la norme. Le droit des patients, hospitalisés ou non, est régulièrement ignoré, volontairement bafoué. Cette violence institutionnelle, régulièrement condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme, touche en premier lieu les soignés, mais affecte aussi les soignants. La psychiatrie et le secteur médico-social doivent pouvoir s’appuyer sur des équipes stables avec des personnels non interchangeables quel que soit leur statut. Ils doivent pouvoir bénéficier d’un assise solide qui autorise la parole et propose de véritables évolutions de carrière.
Au-delà du soin, nous voulons travailler à des accompagnements alternatifs, nouer des liens équilibrés avec les différentes associations qui œuvrent dans la cité. Nous voulons multiplier les lieux qui cultivent le sens de l’hospitalité avec un accueil digne et attentif aux singularités de chacun.
Nous nous engageons à participer, organiser, soutenir tout débat, toute action ou mouvement cohérent avec ce manifeste, avec tous les professionnels, leurs syndicats, les collectifs, les associations de familles et d’usagers, et l’ensemble des citoyens qui souhaiteraient soutenir et développer une psychiatrie émancipatrice du sujet.
Debout pour le Printemps de la psychiatrie !

Vos signatures sont à envoyer à l’adresse mail : printempsdelapsychiatrie@gmail.com

AGENDA OCTOBRE 2019

AGENDA OCTOBRE

Jeudi 3 Octobre à Nîmes, 19 h – 22H  : réunion publique du Printemps de la psychiatrie.

Jeudi 10 Octobre : participation du Printemps de la psychiatrie à l’AG du collectif inter hôpitaux (C.I.H.) à la Salpêtrière, Paris.

Samedi 12 Octobre à Paris, 13 h – 17 h, « annexe Varlin » de la Bourse du Travail, 85 rue Charlot, 75003 (métro République), salle au RDC :  réunion mensuelle du Printemps de la psychiatrie.

Nîmes, le 3 octobre : réunion publique

L’Union Syndicale de la Psychiatrie et le syndicat SUD Santé Sociaux Gard-Lozère, organisent un « Printemps de la psychiatrie » dans le Gard, afin d’ouvrir un débat public sur la grande misère de la psychiatrie, de ceux qui en sont les acteurs et de ceux qui en « bénéficient » ou la subissent, à l’heure où le dernier « rapport sur la psychiatrie » (dévoilé le 18 septembre) promet de grands changements…

fly 3 oct 2019 printemps psy gard V2(1) - copie

Communiqué de soutien aux blouses noires

Communiqué de soutien à la grève des professionnels de Saint-Etienne-du-Rouvray

19 septembre 2019

Le Printemps de la psychiatrie apporte son soutien à la nouvelle mobilisation des professionnels de la psychiatrie publique en grève depuis ce jour à Saint-Etienne-du-Rouvray. En mai 2018, ces professionnels avaient été jusqu’à mettre en jeu leur vie dans une grève de la faim inédite en psychiatrie. Leur lutte avait été le détonateur des soulèvements des secteurs et hôpitaux de la psychiatrie publique partout sur le territoire.

Au terme de leur lutte, ils avaient obtenu des engagements des tutelles et de leur direction pour le recrutement de nouveaux professionnels. Là comme dans d’autres champs de la société, les promesses non tenues deviennent la règle pour les directions et les tutelles, qui sont plus intéressées par leur communication et leurs éléments de langage plutôt que par le traitement réel de la situation.

Les professionnels du Rouvray se retrouvent encore à la place de lanceurs d’alerte de la catastrophe en cours pour les usagers de la psychiatrie publique, les professionnels et tout citoyen. La psychatrie et la pédo-psychiatrie sont prises en tenaille entre d’une part les pénuries de sens, de travail collectif, de financement et d’autre part l’inflation des contraintes physiques (camisoles, isolement), des contraintes managériales (réduire toujours plus le nombre de professionnels) et les contraintes budgétaires des chantres de la rigueur.

Le nouveau soulèvement du Rouvray en appelle d’autres. Dans les suites de l’assemblée générale du collectif inter-urgences, le printemps de la psychiatrie appelle à soutenir les usagers et professionnels du Rouvray ainsi que toutes les initiatives qui ne se contenteraient pas de l’adaptation à cette situation d’effondrement généralisé. Que ce soit en psychiatrie, aux urgences, dans les EHPAD, dans le travail social et plus largement dans le service public de santé.

Lors de la conférence de presse hier pour présenter son rapport, sollicitée au sujet de cette grève, Martine Wonner proposait de « donner toutes les autorisations au privé pour faire du secteur ». Ne laissons pas faire cette politique de destruction massive qui sous couvert de réorganisations entend faire toujours plus de profits.

Communiqué de l’U.S.P. du 19 septembre 2019

Qui est responsable de la catastrophe ?

Le 18 septembre a été publié le rapport de la « Mission parlementaire sur l’organisation territoriale de la santé mentale » dont les deux co-rapporteures sont Martine Wonner (LREM) et Caroline Fiat (FI).

Une délégation de l’USP était présente lors de la présentation de ce rapport à l’Assemblée nationale, ayant été auparavant auditionnée par cette commission avec d’autres syndicats de psychiatres.

Ce rapport est explosif : la situation de la psychiatrie est dite « catastrophique », « accablante » ; ce rapport est présenté comme étant un cri d’alarme.

Des préconisations y sont faites, souvent anciennes mais cependant intéressantes : mettre l’accent sur le lien avec les médecins généralistes, donner un rôle plus important aux psychologues, combattre les inégalités territoriales, etc . La Contrôleuse générale de lieux de privation de libertés est citée à juste titre. Les deux parlementaires nous disent avoir entendu les inquiétudes, les angoisses des soignants, des patients et de leurs familles, et leur avoir donné une tribune dans ce rapport parlementaire. Dont acte.

Notons que ce rapport ne se réfère pas au travail en cours de Madame Buzyn ministre de la santé. Nous ne saurions en faire grief aux deux parlementaires tant le bilan de ce ministère, dans la continuité des précédents, est pitoyable. Cela vaut-il dénonciation ?

Ayant reçu ce long rapport il y a quelques heures, nous ne saurions en faire dès à présent une analyse exhaustive ; nous saluons l’importance de ce travail, de ce bilan de la situation de la psychiatrie. Bilan catastrophique donc :

« La filière psychiatrique et en particulier la psychiatrie publique est au bord de l’implosion, et la sur-occupation des lits est un fléau pour les patients comme pour les soignants ».

Mais la question qui s’impose à nous est la suivante : y aurait il un consensus allant de la droite macronienne à la gauche de FI à propos de la psychiatrie comme la présentation de ce rapport pourrait le faire craindre ? Non, bien sûr. Mais l’exercice parlementaire gomme les aspérités des contradictions vécues.

Ce rapport cite Bonnafé et salue le Printemps de la psychiatrie. Fort bien, mais le Printemps de la psychiatrie désigne ses adversaires : les capitalistes de l’hospitalisation privée, ceux de l’industrie pharmaceutique, les idéologues de la fondation FondaMental, et leurs amis, alliés, et mercenaires. C’est pour cela que nous sommes présents dans ce mouvement aux côtés de beaucoup d’autres. Et nous ne ferons pas de consensus avec ces adversaires : mille conférences et rapports n’y changeraient rien.

Quelques premières remarques à propos de ce rapport :

-Dans le résumé de ce rapport, nous lisons : « la psychiatrie de secteur a pu freiner le développement d’une expertise plus spécialisée indispensable pour certains patients ». La formule vient annuler l’hommage classique à Bonnafé : la sectorisation aurait empêché le développement d’une pensées acérée. Mensonge et manipulation.

-A plusieurs reprises l’hospitalisation privée est placée sur le même plan que l’hospitalisation publique. Madame Wonner dont les liens avec les chefs de l’hospitalisation privée sont connus, se montre ainsi bien sur la même ligne que les propagandistes néolibéraux de FondaMental (dont le professeur Leboyer est une figure de proue) : ouvrir de nouveaux marchés aux cliniques privées.

-Ce rapport insiste sur un nécessaire passage à 80% d’ambulatoire : vœu pieux fort estimable. Mais madame Wonner tient ensuite à préciser que contrairement à Madame Fiat elle estime que cela doit se faire sans création de poste…mais avec augmentation de budget. Difficile de marier la carpe et le lapin.

Nous avons tenté de faire entendre lors de cette présentation la voix des grévistes de l’hôpital du Rouvray qui s’engagent dans une grève illimitée, un an après la grève de la faim qui aboutit à un protocole d’accord. Mais aujourd’hui leur direction d’hôpital et leur ARS ne tiennent pas leurs engagements, trahissent la parole donnée.

Nous avons fait résonner l’exigence de la Coordination inter urgences de plus de lits d’hospitalisation, plus de personnels, et des augmentation de salaires, sans être entendu par Madame Wonner.

Dire que la situation était catastrophique est très justifié mais doit être complété par la dénonciation des responsables : les néolibéraux et leur management terrifiant, et Sarkozy incarnant le tournant sécuritaire.

Nous dénonçons ceux qui saccagent le service public pour livrer par fragments aux intérêts privés. Nous dénonçons madame Buzyn qui au nom de la bonne gouvernance liquide les possibilités mêmes du soin psychiatrique en s’appuyant sur les directives autoritaires de la Haute autorité de santé. La référence faite dans ce rapport, à plusieurs reprises , à la nécessité d’une direction politique ferme de la psychiatrie ne peut être dans ce contexte que source d’inquiétude pour nous.

 

Pour l’Union Syndicale de la Psychiatrie :

Pascal Boissel , Philippe Gasser, Delphine Glachant