Manifestation le 13 mars à Bordeaux

Les CMPP accueillent des enfants et des adolescents présentant une souffrance psychique, des difficultés d’apprentissage, des troubles relationnels, psychomoteurs, du langage, des difficultés de comportement… Nous sommes une équipe soignante pluridisciplinaire. Nous prenons en compte les besoins de chaque enfant et de sa famille. Au CMPP, l’accès aux soins est gratuit.

Mais l’Agence Régionale de Santé Nouvelle Aquitaine (ARS) exige une transformation radicale et rapide des CMPP, sans concertation avec les professionnels des institutions médico-sociales, du sanitaire et de l’éducation nationale. Le soin au CMPP disparaît. Il sera remplacé par des diagnostics et des coordinations de parcours , « des interventions »à visée rééducative en milieu scolaire et seulement pour les enfants diagnostiqués TND (5% de la population il parait). Que deviennent les 95% dont nous nous occupions également?

Ce démantèlement s’effectue dans un contexte politique où les moyens humains et financiers dédiés à l’exercice des missions des services médico-sociaux, sociaux et sanitaires ne cessent de baisser, alors que les besoins explosent. Les conséquences sont lourdes pour les familles (qui n’auront plus de soin) tout comme pour les salarié.e.s qui ne peuvent plus faire face et perdent le sens de leur travail. Il s’agit d’un enjeu de santé publique.

Ce que nous défendons :

Un accès aux soins pour tous, PAS une santé à deux vitesses !

Une prise en charge sans obligation de reconnaissance de handicap !

De vrais moyens pour répondre aux besoins des enfants en situation de handicap !

La prise en compte de la complexité de l’Humain : nous ne voulons pas réduire l’enfant et sa famille à un trouble isolé à rééduquer mais continuer à prendre en compte la souffrance psychique (angoisse, anxiété, dépression…). Le contexte familial, relationnel et social ne peut être ignoré !

La multiplicité des approches thérapeutiques. Elles ne sont pas opposables mais complémentaires !

La confidentialité : il nous est demandé d’intervenir « hors les murs », à l’école. Qu’en sera-t-il de la confidentialité ?

CMPP en danger, enfance en danger, secteurs médico-sociaux, sanitaires et éducatifs concernés !  Tous devant  l’ARS de Bordeaux à 12h30 !

Collectif intersyndical CMPP 86

tract cmpp familles

Articles CMPP/ARS

BASTA ! (bastamag.net)  / « Soins psychiques : l’État va-t-il exclure du service public la majorité des enfants et adolescents ? »  par Rachel Knaebel

En Nouvelle Aquitaine, l’Agence régionale de santé veut obliger les centres psychologiques pour enfants et adolescents à changer de fonctionnement. Et à exclure du soin des milliers d’enfants, pour les renvoyer vers le secteur privé.  Lire l’article

POLITIS, les articles du Docteur BB « Pédopsy : nos futurs » / « Ethno-historiographie de l’ARS en Nouvelle-Aquitaine »

Dans ce billet, le Dr BB dénonce les réformes managériales brutales imposées aux institutions pédopsychiatriques, en analysant notamment un cahier des charges de l’ARS Nouvelle Aquitaine imposant une transformation radicale du fonctionnement et de la mission des Centres Médico-Psycho-Pédagogiques.  Lire l’article

/ « So What ?… Des neurones à l’identité »

Dans ce billet, le Dr BB revient sur les enjeux identitaires soulevés par des conceptions uniquement neurodéveloppementales et génétiques des troubles psychiques. A partir de là, il est possible d’analyser certaines tendances sociales contemporaines qui, sous prétexte d’émancipation, tendent à enfermer les individus dans des catégorisations aliénantes. Lire l’article 

CHARLIE HEBDO /  « Les CMPP en grand danger », par Yann Diener https://charliehebdo.fr/2020/03/societe/les-cmpp-en-grand-danger/

Dessin extrait d’un tract d’un collectif intersyndical de CMPP de Nouvelle Aquitaine

 

 

 

Agenda Mars 2020

AGENDA MARS

Dimanche 1er, de 12 h à 14h : repas de soutien aux Semaines De La Folie Ordinaire franciliennes, à la Cantine des Pyrénées, 77 rue de la mare 75020 Paris – Métro Jourdain, ligne 11

Mardi 3, de 18h à 20h :  Réunion de la commission pour la grève des outils gestionnaires, à la Bourse du Travail rue du Château d’eau, salle des commissions 1 (1er étage) de 18h à 20h – Métro République. (Pour contacter la commission : commissionoutilgestionnaire@gmail.com et indiquer dans le mail le numéro de téléphone pour être rappelé.e.)

PARIS, Exposition « SANS TITRE » du 10 au 15 mars, présentée par Empreintes et Arts, à la galerie LA VILLE A DES ARTS, 15 rue Hégésippe Moreau, 75018, métro Place de Clichy (lige 2) ou la Fourche (ligne 13). Vernissage le mardi 10 mars, 18h à 22 h, Ouverture du mardi au vendredi de 15h à 19h Samedi et dimanche de 14h à 18h.

MARSEILLE, Mardi 10 mars, de 17 h à 20h, réunion du Printemps de la psychiatrie avec tou-te-s les collègues de la région PACA, à l’espace Astronef du CH Édouard Toulouse. Le collectif de lutte inter-hospitalier sera également présent avec un stand.

BORDEAUX, Vendredi 13, à 12 h 30 : Mobilisation devant l’ARS Tract manif CMPP 13 mars (2)(2)

Samedi 14, de 13 h à 17 h : Réunion du Printemps de la psychiatrie, à la Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau, salle Pelloutier, métro République. Dans la même salle de 10h à 12h : groupe de travail  « Irresponsabilité pénale et droits des patients ».

du 15 au 29 mars : programme des SDLFO franciliennes (semaines de la folie ordinaire), et à Reims 

Lundi 16, à 18 h à 20 h : Réunion de la commission pour la grève des outils gestionnaires, à la Bourse du Travail rue du Château d’eau, salle des commissions 1 (1er étage) – Métro République.

Vendredi 20, samedi 21 dimanche 22 mars à Paris : 35ème congrès de l’USP « Former déformer reformer ». Institut protestant de théologie (IPT), 83 boulevard Arago, 14ème. Réunion ouverte à tous et toutes le vendredi, de 20 h à 22 h 30

Programme sur le site de l’USP

Samedi 21, de 10h à 16h : réunion du Fil conducteur psy, Paroisse Notre Dame du Travail – Salle St François 1er étage, 36 rue Guilleminot – 75014 Paris

 

 

 

Thouars, 13 février 2020

Communiqué de l’U.S.P. du 27 février 2020

Jeudi 13 février, une infirmière exerçant au centre spécialisé de Thouars est morte dans l’exercice de son métier, tuée par un jeune patient hospitalisé. Nous sommes fortement touchés par ce drame qui brise une vie, une famille, des collègues et amènera probablement ce patient au crépuscule quand il s’en rendra compte.

Richard Ferrand ne l’a pas compris, montrant une inhumanité crasse face à la demande de Caroline Fiat, à l’Assemblée nationale, d’une minute de silence à la mémoire de cette jeune femme fonctionnaire.

Si un tel passage à l’acte de patient est rarissime, comportant toujours une part de mystère tenant au déchainement de la folie, il n’en reste pas moins que les professionnels exerçant en psychiatrie ont le sentiment d’être de plus en plus exposés à l’agressivité des patients, particulièrement dans les unités d’hospitalisation. L’accroissement des mesures d’isolement et de contentions montre leurs difficultés à y faire face.

Depuis au moins deux ans, les professionnels de la psychiatrie tentent de faire entendre leur voix pour dénoncer le manque de moyens que sont les leurs pour soigner correctement les sujets qu’ils ont à prendre en charge. Les grèves dures n’y ont pas suffi, le Printemps de la psychiatrie non plus. Les choses n’ont pas changé et ne font qu’empirer.

Pour abaisser ce niveau de violence dans les services, il faut de toute urgence des renforts de personnels pour donner de la disponibilité à la relation, donner du temps pour écouter, penser, comprendre, donner du temps pour faire la cuisine ensemble, donner du temps pour se promener dans les jardins. Ne plus retarder toujours le moment de la rencontre, qui parfois n’a jamais lieu.

Il faut du temps aussi pour l’analyse clinique et institutionnelle.

Il faut d’urgence des formations qui permettent aux médecins de découvrir une pluralité des pratiques, alliant l’apprentissage des psychothérapies à la pharmacopée, et pas uniquement en centres universitaires. Des formations spécifiques pour les infirmiers, dont la psychiatrie représente une portion congrue des trois années d’enseignement post-bac.

Le ministère déplore qu’isolement et contentions sont devenus les réponses de première intention aux phénomènes de violences émergeant dans les services, mais que fait-il pour enrayer le phénomène ?

La psychiatrie, ses usagers et ses professionnels étouffent de cette situation intenable et inhumaine pour tous.

Pour l’USP,
Delphine Glachant

Semaines De La Folie Ordinaire

Suite au succès des éditions précédentes, les Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes sont de retour en région parisienne du 15 au 29 mars 2020 !

Les Semaines de la Folie ordinaire (SDLFO) ont été créées en 2011 à Reims par le collectif Artaud, un collectif de patient(e)s et soignant(e)s, en contrepoint des « Semaines d’information sur la Santé mentale ».

Au travers de manifestations culturelles et artistiques, de rencontres et de débats, nous souhaitons questionner la politique dite de « santé mentale ». C’est l’occasion de créer et rendre visible des espaces libres, créatifs et politiques ; se redonner de l’air collectivement; se réapproprier les questions liées au soin et à l’accueil ; continuer à nourrir nos luttes et se raconter avec nos mots !

Si la question des discriminations a cette année été retenue comme thème par les Semaines d’Informations sur la Santé Mentale, nous chercherons à déplier ce concept : nous aborderons entre autres la question de la clinique décoloniale, celle des lieux d’accueil pour enfants et adolescents, la destruction du secteur public hospitalier, des initiatives nées dans les marges pour rester au plus près des besoins du terrain.

Peut-être que les SDLFO pourraient aussi se définir comme une tentative de construction collective des fragments d’un monde possible. La fabrique du commun ne passe pas que par les mots mais également par un faire ensemble : les débats, expositions et discussions s’articuleront cette année avec des moments privilégiant une créativité collective. Au travers de la fabrication d’affiches, de textes, de couleurs et d’idées, ces rencontres seront aussi l’occasion d’alimenter ensemble la lutte pour la construction d’un monde où les singularités ne seraient pas laissées à leurs solitudes.

En 2020, cette initiative se déroulera dans de nombreux lieux associatifs, militants, culturels et thérapeutiques en Île-de-France ainsi qu’à la Parole Errante à Montreuil et réunira différents collectifs et individus dont :

la Cantine des Femmes battantes de Saint Denis, le Collectif La Parole Errante Demain, le Collectif des Rhizomiques, Comme des fous, Corpus Fabrique/Cie Le Dithyrambe, Les Débordant.e.s, Les Désaxé.e.s,  des adhérent.e.s des GEMs d’Arnouville, Bobigny, Bondy, Épinay-sur-Seine, Montreuil et Saint-Denis, des adhérent.e.s du GEM « la Vague à l’âme » de Paris, l’HDJ et l’association « Et tout et tout » d’Asnières, l’HDJ de Bondy, Humapsy, le Lieu de Vie et d’Accueil du Roucous, les Nouveaux Cahiers pour la Folie, la radio Bruits de Couloir, la Trame, le TRUC, les Universités Paris 13 (Villetaneuse) et Paris 8 (St Denis)…Et un clin d’œil à nos ami.e.s d’Encore heureux !

 

 

sdlfo1sdlfo sem2sdlfo sem3