Agenda Mars

MARS 2019, un mois de folie !

14 mars : appel national de la CGT  à  manifester localement.

19 mars :  Manifestation à Paris, mobilisation interpro
Nouvelle journée de grève interprofessionnelle à laquelle se joint la commission de mobilisation du travail social IDF, qui appelle à un nouveau cortège psy, santé, social et à une AG à 17h pour discuter des suites, notamment du 21 mars. RDV à 12h à Port Royal. Soyons encore plus massif que le 05 février dans un cortège visible et dynamique !

21 mars : Manifestation « Printemps de la psychiatrie »
à Paris – 10 H/15 H
Du boulevard de l’hôpital à la République, en passant par la Bastille ! La psychiatrie se déchaîne !

à Reims :  Le 21 mars à 17 H 30, les SDLFO, 9ème édition ! Soirée-débat Connexions… en présence des cinéastes Philippe Borrel et Nicolas Contant, à la Maison commune du Chemin Vert.

23 mars, 14 H : La Parole Errante – Montreuil (93) – Salle du haut, 9 rue François Debergue – M° Croix de Chavaux

14-16h : Après-midi proposée par le Terrain de Rassemblement pour l’Utilité des Clubs (Truc), la Fédération des Exceptions (Fedexc) et le Mouvement pour un Printemps de la Psychiatrie

30 et 31 mars : journées de débats en clôture des SDLFO franciliennes, 2ème édition,  à la Parole errante, 9 rue François Debergue – M° Croix de Chavaux, Montreuil.

Plus d’info ici

 

 

 

 

Préavis de grève le 21 mars (SUD)

entête sudMme Agnès BUZYN

Ministre des Solidarités et de la Santé

14 avenue Duquesne 75350 PARIS 07 SP

Objet : préavis de grève

Madame la Ministre,

La Fédération Nationale des syndicats SUD Santé Sociaux dépose un préavis de grève national le 21 mars 2019 (En ce qui concerne les agent-es et salarié-es soumis-es à des services continus et dont les horaires d’embauche et de débauche débordent les jours et horaires précités, ce préavis couvre ces personnes en amont et en aval de cette journée.)

Ce préavis concerne l’ensemble des personnels médicaux et non médicaux pour :

– les hôpitaux, cliniques, maisons de santé, maisons de retraite, de cure, des soins de suite, les laboratoires, officines pharmaceutiques, cabinets paramédicaux, Ehpad, services d’aide et de soins à la personne, – l’ensemble des structures relevant du médico-social et social, – l’ensemble des structures de l’animation, de l’éducation populaire, de la prévention spécialisée, de l’accueil d’urgence, des services à la personne, travail au domicile, de la petite enfance, des foyers de jeunes travailleur-se-s, auberges de jeunesse, maisons de jeunes et de la culture, organismes de formation, centres sociaux, crèches, du tourisme social et familial, du logement social et d’une manière générale toutes les structures en lien avec un public… – aux salarié-es des OPCA des branches et activités sanitaires, médico-sociales et sociales. Ce champ s’étend à l’ensemble des personnels d’une structure dès lors que cette structure assume une des activités au moins ci-dessus, ainsi qu’aux travailleuses et travailleurs en formation, aux étudiant-es des métiers sanitaires et sociaux, aux retraité-es, aux privé-es d’emploi des secteurs ci-dessus.

Il s’étend également :  aux salarié-es des entreprises sous-traitantes intervenant dans les établissements des secteurs ci-dessus

Pour cette journée de grève, nos revendications portent sur :

– une augmentation des budgets et des dotations globales pour répondre aux besoins sanitaires, sociaux et médico-sociaux de la population, dont la psychiatrie adulte et infanto-juvénile, la protection de l’enfance, la dépendance, le handicap, les dispositifs d’insertion, – une véritable formation pour les professionnels de la psychiatrie, – un seuil minimum de 150 soignant-es pour un secteur de psychiatrie de 60 000 habitant-es, – un recrutement dans tous les secteurs à la hauteur des besoins,

– La prise en compte de la souffrance éthique des professionnel-les face à l’inadaptation des réponses du fait des politiques d’austérité (manque de moyens, absence de place dans les structures qu’elles soient thérapeutiques où éducatives …). – la résorption effective des emplois précaires dans tous les secteurs, avec l’embauche immédiate des contrats aidés, – l’amélioration des conditions de travail, – L’arrêt des politiques de restriction budgétaires, – des moyens pour l’accès aux soins, l’action sociale et médico-sociale, – l’abrogation du décret sur les GHT, – l’abrogation de la T2A, de la loi HPST – Bachelot, de la loi santé – Touraine, de la loi travail 1 – El Khomri, loi travail 2 – Pénicaud ; l’abandon des politiques d’austérité : de la loi NOTRe ainsi que du pacte de responsabilité… – création conséquente de dispositif extrahospitalier, l’arrêt des fermetures et ré-ouverture d’unités d’hospitalisation, – l’arrêt des fusions-absorptions, des suppressions de postes, et des processus de mise en concurrence entre les associations, les établissements publics et le secteur privé lucratif, – un moratoire sur les restructurations et/ou fusion d’établissement, – l’arrêt des attaques faites aux plus démuni-es, comme la remise en cause des contrats jeunes majeurs, de l’assistance aux mineur-es isolé-es non accompagné-es, du soutien à la parentalité… – le respect de l’article L112-3 du CASF par l’Etat et les Départements afin de garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’Enfance, – l’accès aux droits fondamentaux sur l’ensemble du territoire national, – l’abrogation de la loi 2002-2, l’arrêt des appels à projets, des CPOM, ainsi que toutes ces stratégies de mise en concurrence, de restructuration, de concentration et de marchandisation du secteur, – retrait des lois travail 2016 et 2017

Plus généralement, nos revendications portent sur : – l’augmentation générale des salaires avec un SMIC à 1700€ net, – l’égalité salariale femme/homme, – Une carrière avec évolution linéaire et sans barrage pour tous-tes les salarié-es, – la réalisation d’une étude sur la morbidité des professionnels dont le ministère des Solidarités et de la Santé a la charge, – la réduction du temps de travail, 32h en 4 jours et 30h en 3 nuits par semaine, – le maintien du décret sur la prime d’installation dans les régions et zones tendues qui en bénéficient, – un système de protection sociale unique, uniforme et universel, assuré à 100% par la Sécurité sociale, avec une gestion démocratique par les représentant-es des travailleuses et travailleurs. – la suppression de tous les ordres professionnels, – une loi sanitaire et sociale décidée en tenant compte des attentes des professionnel-les et des usager-ères. – la consolidation et le développement du droit à l’IVG et de son accès – l’arrêt immédiat de la répression envers les militant-es syndicaux-ales, ainsi que de toutes et tous les militant-es qui luttent pour la défense des droits humains ainsi que les militant-es impliqué-es dans des luttes rejoignant nos revendications.

En vous en souhaitant bonne réception, acceptez Madame la Ministre, nos sincères salutations.

Pour la Fédération SUD Santé Sociaux,

Corinne LORAINE

Paris, le 21 février 2019

Fédération SUD Santé Sociaux – 70 rue Philippe de Girard – 75 018 PARIS Téléphone : 01 40 33 85 00 FAX : 01 43 49 28 67 – contact@sudsantesociaux.orghttp://www.sudsantesociaux.org

Appel à la grève le 21 mars (USP)

Levons-nous, ils sont devenus fous !

Parce que notre métier consiste à observer, écouter, laisser du temps à la relation, laisser du temps au silence,
Parce que notre métier consiste à donner du sens aux symptômes plutôt que chercher à les anéantir au plus vite,
Parce que notre métier consiste à échanger avec les soignants, psychologues et tout autre personnel qui entoure le patient, à débattre, à se disputer,
Parce que les protocoles, « prêts à penser défensifs » (Oury), nous entravent dans notre créativité et notre humanité,
Parce que nous ne voulons plus nous laisser engloutir par toutes les tâches administratives,
Parce que nous ne voulons pas être les bras armés d’une société sécuritaire et de moins en moins respectueuse du sujet,
Parce que la rentabilité économique est devenue la règle et nous tue,
Parce que nous voulons continuer à travailler à l’émancipation des patients,
Parce que nous croyons en un Printemps de la Psychiatrie,
Parce que nous souhaitons un renouveau du soin psychique (Manifeste « Printemps de la psychiatrie » )
Nous appelons tous les psychiatres, psychologues et tous les autres personnels soignants, sociaux-éducatifs et administratifs à la grève le jeudi 21 mars et à participer à la manifestation nationale qui se tiendra à Paris et aux rassemblements qui se tiendront partout en France.
Pour une Psychiatrie faite et défaite par tou.te.s. (Gentis)

Mardi 19 à la fac Paris 8, 18 H

La moindre des choses, de Nicolas Philibert

Dans le cadre des « Semaines de la Folie Ordinaire », l’université Paris 8 Vincennes à SAINT-DENIS (93), propose une projection-débat de La moindre des choses (1996) de Nicolas Philibert, en présence du réalisateur et de Linda de Zitter.

Entrée libre et gratuite : SALLE DE CINEMA  – BATIMENT A – Salle A1- 181

M° Saint-Denis Basilique  (face à l’université)

PROGRAMME de la Semaine de la Folie Ordinaire 2019 :
 
ET SUR LE SITE DE PARIS 8 :

 

Préavis de Rêve : 21 mars 2019

Mouvement pour un Printemps de la psychiatrie

  Préavis de Rêve le 21 mars

La psychiatrie veut sortir d’une insupportable hivernation qui a vu prospérer chambres d’isolement et contentions. Les formations initiales, réduites à leur portion congrue, ne savent plus que décliner des pseudos-compétences, de vagues savoir-faire, qui ne permettent plus de penser la clinique contemporaine.

La science est mise au service du pouvoir économico-politique et ne sait plus qu’énoncer : « Le cerveau ! Le cerveau vous dis-je. Il faut plein d’euros pour la neuro. Et des roupies pour la psychiatrie. »

Les usagers promus pairs-aidants aujourd’hui ne sont que des faire valoir, les dernières têtes de gondole des think tanks néolibéraux, alors qu’une reconnaissance du savoir expérientiel et du potentiel soignant de tous leur sont déniés.

Attention, les blouses ne réussiront bientôt plus à enfermer les soignants !

Ne sentez-vous rien ?

Le fond de l’air est nauséeux. Le désodorisant bon marché des communicants a beau tenter de le parfumer, il n’en reste pas moins un air vicié que l’on peut sentir, que l’on peut ressentir. Le fond de l’air de notre société est aux économies imposées aux services publics et aux services à la personne. Le fond de l’air est à la rationalisation économique, à la promotion de l’utilitarisme depuis de nombreuses années maintenant. L’humain se mesure à son utilité économique, à sa performance. Le fond de l’air est également aux dépenses toujours plus grandes pour les plus privilégiés, à l’absence toujours plus nette de socialisation des profits (CICE, évasion fiscale de soixante milliards d’euros par an). 

Une sève nouvelle irrigue nos veines. Des parfums chatoyants titillent nos narines.

La psychiatrie est à la rue !

Le soin et la relation qui le sous-tend se désagrègent, fracassés par les protocoles, cadenassés par la certification qui atteste surtout que les procédures sont respectées … à la lettre. A défaut de respecter les patients !

Il suffit d’attendre que le traitement fasse son effet… En étant attentif à la qualité de l’hôtellerie… Et à l’identitovigilance ! Il y a des giboulées qui se perdent.

Soignants et travailleurs sociaux, eux-mêmes précarisés, sont trop occupés à nourrir les ordinateurs, pour être présents au quotidien auprès des patients. Et vogue la nef. Plus de salles de réunions pour échanger mais une inflation de chambres d’isolement, un déluge de sangles, alpha et omega du soin néolibéral. Il n’y a plus de débat que grand. La pensée, elle, est aux abonnés absents … Mais ça bourgeonne de partout. Il se pourrait même que nous couvions un Igor Stravinski.

La psychiatrie est dans la rue !

La rue c’est chez nous, la rue des rencontres et des déambulations qui se sont muées, pour certains d’entre nous, toujours plus nombreux en quartier d’errance et d’abandon. Ces quartiers que les soignants de secteur parcouraient à pied, ces immeubles dont ils connaissaient chaque gardien, ces bistrots tranquilles où ils rencontraient les personnes qu’ils suivaient pour le lien, pour ne pas les envahir.  Les familles les recevaient en sortant les tasses en porcelaine. Elles les appelaient bien avant la crise. Nul n’avait encore formalisé l’éducation thérapeutique mais petit à petit chacun repérait des signes annonciateurs d’une rechute et savait auprès de qui chercher de l’aide. Les hospitalisations sous contrainte n’avaient pas encore explosé. Et puis, ces soignants ont été contraints de les abandonner, petit à petit. Faute d’être arrosées, nos rues, aujourd’hui territoire de santé, sont devenues un désert psychiatrique.

Les jardiniers sont de retour.

Rejoignez-nous pour le Sacre du Printemps à Paris le 21 mars.

Venez avec des fleurs à partir de 9h30 . Lieu de RDV en attente de l’accord de la préfecture.

9h30  Accueil

10h00 : Jardinage collectif !

11h-11h45 : Graines d’interventions pour expliquer la mobilisation

12h-13h  : Marche des jardiniers dans les rues de Paris

13h-15h00  : Récolte de paroles et de propositions lors du forum (place de la République)

15h-16h :  AG à la bourse du travail

Contact : printempsdelapsychiatrie@gmail.com