Texte lu le 21 Mars (U.S.P.)

Pourquoi l’USP s’est engagé dans le Printemps de la psychiatrie ?

Parce que depuis des décennies, ce sont des gestionnaires technocrates qui contrôlent les politiques de santé et nous ont amenés à des restrictions budgétaires qui ont complètement étouffé notre système de santé.

Les budgets de la psychiatrie sont sous-dotés depuis des années, comme si la psychiatrie était une sous-spécialité, comme si les personnes dont elle s’occupe étaient des sous-patients. Comme s’il était possible de prodiguer du soin psychique avec toujours moins de moyens.

Depuis des décennies, les lits d’hospitalisation ont baissé de 60%, ce dont on pourrait se réjouir si des moyens substantiels avaient été mis sur l’ambulatoire, les alternatives à l’hospitalisation,  car l’hôpital n’est pas une fin en soi, bien au contraire.

Oui, le soin psychique coûte cher. Notre outil de travail est la relation. Et pour cela, il faut du personnel et du personnel bien formé. Or ces formations sont bradées, année après année, chaque corps de métier étant petit à petit dépossédé de ses savoirs. Je ne parlerai pas du CES de Psychiatrie pour les médecins car je n’étais pour ainsi dire pas née quand il a été intégré au concours de l’internat. Le diplôme d’infirmier de secteur psychiatrique a disparu en 1992. Depuis quelques années, les cours et les stages de Psychiatrie sont réduits à leur portion congrue. Concernant les futurs psychiatres, plus récemment, la réforme de l’internat de Psychiatrie oblige les internes à faire au moins trois stages de leur cursus dans les CHU. Autrement dit les oblige à se tenir éloignés des centres hospitaliers spécialisés, des hôpitaux psychiatriques, du secteur, lesquels prennent en charge 80% des patients. Tout ça pour mieux leur formater le cerveau à la psychiatrie biologique et comportementaliste, si ce n’est pas les neurosciences.

Depuis des années nous sommes entravés dans notre travail clinique par l’empiètement de la bureaucratie dans le quotidien, les protocoles, les certifications….laissant les personnels de moins en moins disponibles à la relation avec les patients. Nous n’avons plus de temps pour rien. Surtout pas pour penser. Les psychiatres enchainent les entretiens, quand ils en font encore, les infirmiers préparent les médicaments quand ils ne sont pas devant leurs écrans d’ordinateur.

Plus récemment, nous sommes attaqués par des propos dégradants émanant d’organisations comme Fondamental, soutenues par les forces capitalistes qui, au nom de la « science », discréditent le travail effectué au quotidien et dans la durée, auprès des patients les plus vulnérables.

Fondamental, fondation qui œuvre à la remise au travail des personnes qui souffrent de troubles psychiques, car non seulement les soins psychiatriques coûtent cher à la sécurité sociale mais ils coûtent aussi aux entreprises par l’absence des personnes concernées à leur poste de travail ou leur manque de productivité.

Nous en avons assez qu’on nous dicte comment on doit prendre en charge les patients. Ras le bol des cellules qualité. Ras le bol des directives de la DGOS, la dernière en date expliquant comment doit se faire la réhabilitation, à coups de programmes d’éducation thérapeutique, d’entraînement des compétences et des habiletés sociales, etc. tout ça, dans des centres intersectoriels…. comme si les clubs thérapeutiques ne travaillaient pas déjà ces questions-là, sur le secteur, depuis des années. Autre directive, autre ambiance.

L’USP dénonce aussi l’instrumentalisation de la Psychiatrie publique pour servir la politique nationale du gouvernement pour contrôler l’ordre public. Certes, le psychiatre a toujours eu ce rôle ambigu de contrôle de l’ordre social en enfermant les malades « dangereux » pour leur prodiguer des soins, mais le gouvernement voudrait maintenant nous faire collaborer à la dénonciation aux autorités locales des personnes hospitalisées sous contrainte. Le gouvernement a voulu nous faire dénoncer aux autorités préfectorales les étrangers en situation irrégulière à la sortie d’hospitalisation. Et on le sait aussi, dans sa loi asile et immigration de 2018, le gouvernement a largement restreint l’accès aux cartes de séjour pour raison de santé aux étrangers, notamment ceux souffrant de troubles psychiques, et particulièrement les migrants souffrant de troubles post-traumatiques.

En plus de toutes les raisons que j’ai énumérées, L’USP a aussi été très touché par les grèves dures des collectifs soignants dans les hôpitaux, certains allant même jusqu’à mettre leur vie en jeu, pour dénoncer leurs conditions de travail insupportables et la perte de sens de leurs métiers.

Dès l’été dernier, l’USP a contacté un certain nombre de personnes que nous savions concernées par tout cela. Nous avons commencé à nous réunir à l’automne, animés de l’envie de réfléchir ensemble, patients, familles et professionnels, à la manière de sauver le soin psychique, de revaloriser et repenser le travail des collectifs soignants, retrouver la dignité de l’hospitalité.

Au fil des débats, c’est la nécessité d’un Printemps de la Psychiatrie qui a émergé, comme un mouvement de renouveau. Un mouvement pour changer le paysage de la psychiatrie pour ses acteurs : patients, familles et professionnels. Un mouvement qui ne durera pas qu’un Printemps mais va au contraire s’inscrire dans la durée. Parce que nous sommes déterminés à ce que cela change.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s