Appel du Printemps de la Psychiatrie à la mobilisation du 16 Juin 2020

DES MOYENS POUR UNE PSYCHIATRIE RELATIONNELLE ET VIVANTE !  

Il est temps d’informer les citoyens des véritables projets de ce gouvernement pour la Santé et la psychiatrie en particulier. Au prétexte de « moderniser » le financement et la prise en charge des patients et des usagers du médico-social, on constate que les réformes successives aboutissent toutes aux mêmes résultats : réduction des moyens, déqualification des personnels, inflation des procédures bureaucratiques, et surtout, disparition programmée des soins et des accompagnements qui ne sont pas « rentables ».

En effet le plan Ma santé 2022, dont le Ségur ambitionne « d’accélérer la mise en œuvre », ainsi que la Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2020, prévoient un financement de la psychiatrie basé sur des critères qui favorisent automatiquement les consultations ponctuelles (« Centres Experts » en diagnostics) et les protocoles d’interventions de courte durée, à l’issue desquels les personnes qui ne seront pas rétablies seront laissées seules avec leur souffrance psychique. Sont exclues de fait des soins les personnes, enfants et adultes, qui ont besoin d’un accompagnement régulier, au long cours, pluridisciplinaire, pour qui un manque criant de propositions adaptées existe déjà. Or, les politiques néolibérales entraînent la fin du secteur généraliste de psychiatrie publique, étranglent financièrement les lieux ambulatoires tels que les Centres Médico-Psychologiques et les hôpitaux de jours pédopsychiatriques et psychiatriques qui permettent une continuité des relations de soin, aussi longtemps que nécessaire.

Si les professionnels peuvent espérer du gouvernement quelques améliorations salariales en cette période de soutien de la population, il ne faut surtout pas s’en contenter car cela ne changera rien aux dérives actuelles dans l’accueil des patients. 

Cela fait plusieurs années que de nombreux collectifs, associations et syndicats de la psychiatrie cherchent à se faire entendre des pouvoirs publics. Mais ceux-ci favorisent une psychiatrie réduite à son schéma le plus archaïque « diagnostic/traitement/surveillance », présenté comme innovant, au prétexte de supposées validations neuroscientifiques. Les différents rapports et recommandations du ministère, dans une novlangue aux accents progressistes, entendent homogénéiser les pratiques pour faire de la psychiatrie une médecine « comme les autres », vidée de toute dimension relationnelle, ne prenant en compte que le circuit neuronal, le cerveau, les gènes…

C’est vers une médecine morte que ces politiques nous emmènent, pratiquée à grand renfort de protocoles bannissant la créativité des soignants, réduisant le corps et le cerveau à des objets d’étude et de stimulations, dépossédant la personne de son histoire, de sa subjectivité.

 La colère des usagers et de leurs proches est hélas fondée face au retour, avec une intensité renouvelée, des contentions, chambres d’isolement, ordonnances à rallonge, électrochocs, enfermement et programmes sous contrainte jusqu’au domicile… 

C’est une toute autre conception des soins psychiques qui réunit dans le Printemps de la psychiatrie, les patients, les usagers, les familles, et les professionnels : une psychiatrie fondée sur la relation humaine, le désir de comprendre autrui et de l’aider, des soins fiables qui prennent le temps, diversifiés, adaptés aux besoins de chaque personne.

Les droits et les choix des usagers et patients doivent être la clé de voûte de toutes les pratiques. L’écoute de leur ressenti concernant leurs soins doit être un élément structurant des réflexions des équipes de soin et d’accompagnement sur leurs propres pratiques.

Et pour cela il faut des moyens : des personnes qualifiées en nombre suffisant et rémunérées décemment, des lieux d’accueil vivants en dehors de l’hôpital articulés à celui-ci. Mais il faut aussi une organisation du travail qui soutienne les soignants au lieu de les détourner de leur mission en les transformant en transmetteurs de données numériques. Un travail qui favorise l’horizontalité des liens soignants-soignés. Une formation des soignants et accompagnants basée sur la relation prolongée avec les patients et les pratiques de terrain et non sur des protocoles et expertises. Une articulation des intervenants sanitaires, médico-sociaux, associatifs… 

Le Ségur de la Santé, nouvelle mise en scène d’une prétendue attention aux revendications de soignants, particulièrement mal jouée, déçoit déjà ceux qui ont accepté d’y participer. 

 Nous continuerons de nous mobiliser en manifestant le 16 juin et après, pour faire exister une psychiatrie relationnelle et vivante, où la science est au service de l’humain et non instrumentalisée par les nouveaux maîtres du management d’entreprise.

 Pour un accueil inconditionnel de toutes et tous, et les moyens nécessaires pour soigner et accompagner chacun selon ses besoins :

Soyons le plus nombreux possible dans la rue ce 16 juin !

Le Printemps de la psychiatrie.

à Paris, RDV à 13 H devant le Ministère des Solidarité et de la Santé, côté rue de Ségur (Métro École Militaire) pour partir à 14 H vers l’esplanade des Invalides, ou 12 H 30 place Saint-François-Xavier.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s